Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 10 ans: Kamo et moi de Daniel Pennac

Daniel Pennac
  Chagrin d'école
  Dès 10 ans: Kamo et moi
  Au bonheur des ogres
  La fée carabine
  La petite marchande de prose
  Dès 10 ans: L'œil du loup
  Comme un roman
  Journal d’un corps
  Des chrétiens et des maures
  Merci
  Le cas Malaussène
  Aux fruits de la passion
  Mon frère

Daniel Pennac est le nom de plume de Daniel Pennacchioni, écrivain français né en 1944 à Casablanca.
Il a reçu le prix Renaudot en 2007 pour son essai "Chagrin d'école".

Dès 10 ans: Kamo et moi - Daniel Pennac

Les lectures de Tom au CM2
Note :

   Un prof de collège : Crastaing. Un élève et son ami, Kamo. Ils ne font jamais leurs rédactions, et écopent immanquablement de 2 heures de colle, assorties d’une convocation des parents : Tatiana, la maman de Kamo, et Pope, le père du narrateur. S’ils ne rédigent jamais leurs rédactions, c’est parce que les sujets de Crastaing les dépassent, et sa sévérité les fait trembler.
   Rédaction pour le lundi 16.
   « Sujet : Vous vous réveillez un matin, et vous constatez que vous êtes transformé en adulte. Affolé, vous vous précipitez dans la chambre de vos parents : ils sont redevenus des enfants. Racontez la suite. »
   
   Mais attention ! Crastaing a une vision étroite de l’imagination : pour lui, elle est facilement mensonges, il faut coller au plus près de la réalité. (On comprendra pourquoi dans la seconde partie).
   
   Le hic c’est que Pope n’en peut plus des convocations du prof, et en voyant une drôle de lueur dans son œil, qui ne laisse pas de l’inquiéter, le narrateur comprend qu’il doit lui éviter ça : il faut la faire, cette rédac.
   Et alors…
   
   Alors justement, j’ai moins aimé la seconde partie, estimant que ce n’était pas très facile pour des enfants d’interpréter « la crastaingite », et d’inclure « le délire » dans la construction du roman.
   
   Le papa, réquisitionné pour en lire des passages en lecture du soir, a déclaré n’y rien comprendre et ne pas apprécier du tout le style de Daniel Pennac. Le fiston y a pourtant pris grand plaisir, demandant quand même quelques éclaircissements, mais bizarrement, surtout pour les illustrations, ou sur quelques métaphores.
   
   Son avis final est « Ben ! Je l’ai lu en 4 jours ! Ca veut tout dire ! J’ai bien aimé, mais c’est quand même un peu compliqué de savoir qui parle. Et il parle tout le temps de puits, mais y’en a jamais ! »

critique par Cuné




* * *