Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mystic river de Dennis Lehane

Dennis Lehane
  Shutter Island
  Mystic river
  Gone, baby gone
  Prières pour la pluie
  Un dernier verre avant la guerre
  Un pays à l'aube
  Ténèbres, prenez-moi la main
  Ce monde disparu
  Après la chute

Dennis Lehane est un écrivain américain d'origine irlandaise, né en 1965.

Mystic river - Dennis Lehane

Rivages troubles
Note :

   Nous sommes en 1975, à Boston. Jimmy, Sean et Dave vivaient la vie typique de copains de quartier, jouant dans la rue et flirtant avec les embrouilles jusqu'au jour où Dave est enlevé devant les yeux de ses amis par deux hommes et violé dans une cave pendant trois jours. Depuis lors, leurs chemins se sont séparés. Jimmy a fait de la prison pour vol de voiture mais semble s'être racheté une conduite; il est maintenant père de trois enfants et va à l'église. Sean est devenu inspecteur de police en proie à la solitude depuis que sa femme l'a quitté; Dave est marié, il a un fils et ses mauvais souvenirs le hantent toujours.
   
   C’est malheureusement un évènement tragique, la disparition de Katie, la fille aînée de Jimmy, qui va rapprocher à nouveau ces trois amis qui s’étaient perdus de vue.
   
   L’enquête policière va se dérouler en parallèle de celle personnelle de Jimmy et beaucoup de secrets et vérités vont finir par être révélées…
   
   Je ne veux pas vous en dire plus sur ce roman car l’intérêt se trouve justement dans la découverte des éléments de l’enquête. J’avais (une fois n’est pas coutume) vu le film avant de lire le livre il y a un bout de temps maintenant puisqu’il est sorti en 2003 et j’en avais gardé un très bon souvenir, il m’avait marquée, je l’avais trouvé très prenant (bon en général j’aime les films réalisés par Clint Eastwood) et avec de très bons acteurs en plus (Kevin Bacon, Sean Penn et Tim Robbins).
   
   Mais, une chance pour moi, je ne me souvenais plus de la fin… Tout au long de ma lecture, je revoyais clairement certaines scènes du film et j’avais une représentation concrète du visage des personnages principaux. Au fur et à mesure de ma lecture je me rappelais des évènements mais ça n’enlevait rien ni au suspense, ni aux doutes. J’ai vraiment été plongée dans l’histoire de ces trois hommes, de leur quartier qui tient une place importante, de leurs familles et de ce passé qui les lie…
   
   (Un petit détail, mais qui a de l’importance pour moi, j’ai beaucoup aimé la texture de ce livre, il est très souple, la couverture est très agréable au toucher et j’ai pris beaucoup de plaisir à le manipuler…)
   
   Je ne peux que vous conseiller de le lire, vraiment, et encore plus à ceux qui aiment les thrillers…
   Je l’ai vraiment adoré.
   ↓

critique par Mme Patch




* * *



Trois gamins
Note :

   Au milieu des années 70, trois gamins des quartiers populaires jouent dans la rue. Ils s’amusent et traînent ensemble, mais ont chacun un caractère bien particulier: Sean, élevé dans le quartier le plus huppé, est (déjà) très légaliste, alors que Jimmy, qui vient des quartiers délaissés, est une tête brûlée. Quant à Dave, il suit Jimmy, car il ne sait pas trop que faire d’autre, mais il passe souvent inaperçu. Ils mènent donc leur vie d’enfant jusqu’à ce que Dave soit enlevé, devant ses amis, et retrouvé quatre jours plus tard. Dave est vivant, mais il ne sera plus le même. Les trois enfants se perdent de vue mais gardent contact, jusqu’à ce que, 25 ans plus tard, la fille de Jimmy soit assassinée: Sean est responsable de l’enquête, et Dave essaie de soutenir son beau-frère.
   
   Ce roman noir, écrit par Dennis Lehane, trouve sa place dans la série des romans noirs américains: un passé trouble, des gangs qui s’occupent du quartier (Jimmy, et les Savage, les frères de sa femme), de la vengeance, une ambiance noire. Mais le plus de ce roman est de faire part des déchirures des protagonistes, notamment du désarroi de Jimmy lorsqu’il réalise petit à petit que la disparition de sa fille est anormale, et que le fait de retrouver sa voiture abandonnée dans la rue est un signe inquiétant.
   
   Je ne suis néanmoins pas tombé en empathie avec la plupart des personnages, sauf Dave Boyle: il a eu son enfance gâchée par cet enlèvement, et on sent sa fragilité tout au long du livre. Jimmy et Sean, malgré leurs fêlures, m’ont moins ému. Ils me sont parus froids, très automatiques, l’un dans la vengeance, le second dans le respect de la procédure.
   
   Je connaissais déjà l’histoire du roman car j’ai vu, il y a 4 ou 5 ans, le film adapté de l’ouvrage, avec Clint Eastwood à la réalisation, et un trio impressionnant d’acteurs, Sean Penn (Jimmy), Kevin Bacon (Sean) et Tim Robbins (Dave). Je n’avais plus une idée exacte de la fin du roman, mais celle-ci m’est revenue lorsque le «tueur» est apparu. Cela m’a donné la chance de lire un livre policier en connaissant ce qui doit être trouvé, et donc de voir comment l’auteur parvient à détourner les suspicions du lecteur vers un autre personnage, tout en instillant des éléments qui sèment le doute sur le vrai tueur. Mais dans la frénésie de la lecture, il est assez rare de s’attarder à ces détails, souvent des adjectifs qui accompagnent les descriptions du meurtrier.
   
   J’ai donc lu ce livre de manière un peu différente d’un policier habituel, mais comme il est rare que je me replonge dans un livre déjà lu, le fait d’avoir vu le film m’a permis une «seconde lecture» très intéressante, même si elle démystifie un peu le procédé d’écriture du romancier

critique par Yohan




* * *