Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le capitaine et les rêves de Björn Larsson

Björn Larsson
  Le cercle celtique
  Le capitaine et les rêves
  La sagesse de la mer

Björn Larsson est un écrivain suédois, passionné de navigation, né en 1953.

Le capitaine et les rêves - Björn Larsson

L'âge du capitaine
Note :

   Ce roman nous conte l'histoire d'un Capitaine de cargo plutôt atypique et philosophe qui, d'escale en escale, rencontre des personnes dont il va, involontairement d'ailleurs, modifier la vie.
   
   Björn Larsson ne décrit pas ses personnages. Il le dit sans détour, il trouve préférable que ses lecteurs les imaginent eux-mêmes. Il pense que chacun obtient ainsi de meilleurs résultats. C'est un point de vue que l'on peut admettre. Pour ma part, j'ai été parfois un peu perdue du fait que je n'arrivais pas à estimer une fourchette d'âge pour ce fameux capitaine, axe du roman. Il m'a semblé changer d'âge à différents moments du récit. A quoi cela a-t-il pu être dû ? Je l'ignore. Je n'ai pas eu de problèmes avec les autres personnages. Alors, sans doute qu'en effet, une précise description physique n'est pas nécessaire, mais quelques indications ne nuisent pas?
   
   Ceci dit, j'ai bien aimé ce roman à l'architecture si stricte. Le récit s'y poursuit au fil d'un itinéraire balisé d'avance. Le Second du navire et quatre personnages parlent d'eux-mêmes et du Capitaine et on suit la progression de l'affaire au long de ces cinq récits toujours repris. Jusqu'à la fin où la rencontre de tous et la participation du Capitaine amène un mélange des chapitres. Quand je dis que chacun parle, je m'exprime peut-être mal. Il ne s'agit pas de différents récits à la première personne mais de différents récits à la troisième personne, vus dans l'axe du personnage choisi.
   
   C'est là un livre très prenant et qui se lit sans difficulté et avec intérêt, mais j'ai trouvé qu'il y avait comme une baisse de régime dans le dernier tiers, au moment où les personnages se retrouvent. Cela se passe sous le signe des « rencontres qui ne se font pas ». Ils m'y ont semblé trop soumis aux conventions et « coincés ». Faire des centaines de kilomètres pour se rencontrer et ne rien se dire d'un peu authentique « de peur d'être importun, de paraître mal élevé » !!! Autant, dans la vie, parfois, il faut savoir se taire, autant, à d'autres moments, être humain, c'est savoir parler, dire les choses, c'est avoir le courage de poser les questions, au risque même de prendre la réponse en pleine figure. La vie, c'est ça. L'ignorer, c'est perdre son temps. Il y a là quelques pages qui piétinent un peu (à mon avis).
   
   Je déplorais donc la lâcheté des personnages et je commençais à désespérer de ce roman quand, tout de même, une fin plus nerveuse et même pleine de rebondissements a rattrapé le tout et m'a permis de refermer ce livre sur un sentiment de satisfaction.
   
   Cet ouvrage est une ode à la vie, à la liberté et finalement à l'athéisme. Larsson y revient plusieurs fois de la façon la plus claire et conclut : « La seule chose qui comptait était que, selon toute apparence, il était possible de vivre même s'il n'y avait rien en quoi espérer dans l'au-delà et à peine sur cette terre _ possible, malgré tout, de mener de ce côté-ci de la tombe une vie qui ait un sens. ». On sent que ce message est une préoccupation majeure de l'auteur et le sens de ce livre.
   
   Mme Legrand ou Jacob ne peuvent accepter l'idée que la vie passe sans laisser de traces, mais le Capitaine, vrai sage, n'y voit, lui, rien à redire.
   
   « Le capitaine et les rêves » a obtenu le Prix Médicis étranger en 1999.
   ↓

critique par Sibylline




* * *



Conte moderne…
Note :

   Quand un capitaine de cargo accoste dans un port, il peut sans le vouloir, bouleverser la vie des personnes qu’il rencontre à terre…
   
   C’est ce qui va arriver à Marcel, ce marin au charme et au charisme irrésistible… il se laisse entraîner par les gens qu’il croise d’un regard, un sourire, un seul, lorsqu’il aborde le port.
   
   Il rencontrera ainsi Rosa Moreno, jeune serveuse à Villagarcia, petit village d’Espagne, puis Mme Le Grand, «récolteuse» d’informations sur les marins qu’elle croise à Tréguier en France, et encore Peter Sympson, adepte de pierres précieuses en Irlande, et même Jacob Nielsen, informaticien à la retraite à Marstal, au Danemark…
   
   Chacun a un rêve bien particulier et décide de son côté, suite à sa rencontre avec le capitaine, de retrouver sa trace… Ils se retrouveront tous dans un bar de Kinsale en Irlande, sans se connaître, mais en attendant la même personne… et en espérant chacun quelquechose de bien particulier…
   
   Marcel se trouvera face à une situation peu commune, attendu par quatre personnes, venues des quatre coins du monde pour le rencontrer à nouveau. Il décidera, sans trop savoir quoi faire pour eux, de les embarquer à bord de son cargo et de leur faire vivre une aventure hors du commun…
   
   Cette lecture m’a entraînée dans une sorte de conte moderne, très bien écrit et qui nous donne vraiment envie de savoir comment cette histoire va bien pouvoir se terminer… J’ai vraiment apprécié d’être transportée dans cet univers, qui par certains aspects est très proche de la réalité, mais par d’autres (et essentiellement ce capitaine venu d’on ne sait où) semble utopique…tout en restant plein de morale et de leçons…
   
   Non vraiment, une très belle lecture…

critique par Mme Patch




* * *