Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le contrat de mariage de Honoré de Balzac

Honoré de Balzac
  La peau de chagrin
  la fille aux yeux d'or
  Le colonel Chabert
  L'interdiction
  La messe de l’athée
  Le contrat de mariage
  Une ténèbreuse affaire
  Le lys dans la vallée
  Mémoires de deux jeunes mariées
  Illusions perdues
  Le Chef-d’œuvre inconnu
  Philosophie de la vie conjugale
  Louis Lambert
  Séraphîta
  Béatrix
  Splendeurs et misères des courtisanes
  La Grande Bretèche
  La Recherche de l'Absolu
  Eugénie Grandet
  Le curé de village
  La duchesse de Langeais

Honoré de Balzac est un écrivain français né en 1799 et mort en 1850. Très prolifique, il a publié 91 romans et nouvelles de 1829 à 1852 et laissé une cinquantaine d'œuvres non achevées.


* Voir la fiche "Du roman considéré comme un des beaux-arts".

Le contrat de mariage - Honoré de Balzac

L’art de se bien marier sans se faire ruiner
Note :

   Dans une lettre à Madame Hanska, Balzac présentait ainsi le sujet de cette longue nouvelle qui devait à l’origine s’intituler La Fleur des Pois :
   « J’ai peint toutes les infortunes des femmes ; il est temps de montrer aussi les douleurs des maris. »
   
   Paul de Manerville est un noble de Bordeaux, diplomate de son état et comte par son titre, il possède une fortune importante et cherche à se fixer dans son domaine de Lanstrac pour vivre de ses rentes en gentilhomme campagnard après avoir vécu dans diverses parties du monde et à Paris en particulier. Paul est aussi l’ami d’Henri de Marsay. Il lui confie qu’il souhaite se marier. Aussi tombe-t-il entre les mains de la veuve Évangélista, ambitieuse pour sa fille Natalie et surtout ne souhaitant pas réduire son train de vie, qui est fort grand. Elle trouve donc en Paul, le gendre idéal à plumer.
   
   La première partie du roman consiste à présenter les deux parties, par notaires interposés. Ainsi Solonet, jeune notaire ambitieux représente les Évangélista tandis que Mattias, vieux notaire aguerri agit pour la cause de Paul. Le narrateur se fait juge et parti dans ces tractations où tous les détails comptent, n’échappent aucunement à Madame Évangélista alors que les jeunes fiancés semblent roucouler et s’ennuyer de ces formalités. De nombreuses références juridiques du droit du XIXème siècle, montrent si besoin était que Balzac n’a pas fréquenté pour rien la faculté du même nom et le contrat se joue à la fois sur l’établissement d’un majorat par Matthias pour protéger Paul et dans le don de diamants de la part de Madame Évangélista à son gendre qui, aveuglé d’amour, transmet à sa fiancée mais qui causeront en grande partie sa perte.
   
   La deuxième partie que Balzac appelle «conclusion» voit Paul ruiné, six ans plus tard, partant pour l’Inde afin de refaire fortune et lisant deux lettres- une de sa femme et une de De Marsay - qui révèlent toute l’hypocrisie et la supercherie du mariage. La plus importante de ses lettres est certes celle de De Marsay qui révèle les considérations de celui-ci sur le mariage qu’il envisage avec un certain cynisme calculateur mais qui en même temps donne une perspective intéressante sur le mariage et l’amour dans l’aristocratie de l’époque, tout en dévoilant probablement en partie les propres vues de Balzac.
   
   Le style reste celui d’un «observateur» de son temps qui prend une histoire pour inscrire l’Histoire de son époque avec accumulations de détails techniques, surtout en ce qui concerne l’argent, les rentes et les revenus rendus par les terres. L’auteur connaît son sujet. Son art consiste, à travers les dialogues, à déceler toute l’hypocrisie des jeux de Madame Évangélista qui se donne corps et âme à l’établissement de sa fille habituée à vivre dans un luxe pharaonique. A chaque épisode de ce contrat, le narrateur intervient toujours pour assener une espèce de morale générale, il prend toujours ses distances, crée une perspective par des réflexions plus ou moins philosophiques, un peu comme s’il prévenait son lecteur tout en le faisant complice. C’est certes là un des charmes de Balzac, avoir l’air de s’égarer pour mieux relancer sa machine narrative.

critique par Mouton Noir




* * *