Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie sexuelle d'un islamiste à Paris de Leila Marouane

Leila Marouane
  La vie sexuelle d'un islamiste à Paris

La vie sexuelle d'un islamiste à Paris - Leila Marouane

In ze ghetto
Note :

   « Je vous invite à découvrir les péripéties d’un homme de quarante ans, ancien islamiste, démago et puceau, un peu arriviste, mais ô lecteur, qui s’émancipe de sa mère. Sa mère qu’il aime de tout son cœur. »
   
   Déjà rien que le titre ! Provocateur à tout le moins ! Pourquoi ? Mystère. Le lecteur potentiel se demande s'il est face à un pamphlet islamophobe ou un exercice littéraire érotique. Ni l'un, l'un l'autre, en vérité.
   
   Le personnage principal du roman, lequel s'annonce être un récit recueilli par un écrivain (presque) fantôme, n'est pas à proprement parler un islamiste, au sens où il milite dans un mouvement politique qui prendrait sa source dans l'Islam mais plutôt un musulman très pieux, très docte même en matière de science religieuse et sur-aimé et protégé par sa môman.
   
   Ah ma mère... Une mère algérienne, ça tient de la mère juive, la mamma ritale et la mère grecque aussi (féroce), à quelques détails folkloriques près. La mèr(e) méditerranée, en quelque sorte.
   
   On lui doit tout à cette génitrice, tout au long de sa propre vie, quitte à oublier de la vivre puisqu'elle vous rappelle à longueur de journée sa grossesse, son enfantement, ses nuits sans sommeil, bref, ses sacrifices. Pire si l'enfant est un fils.
   
   Mohamed, 40 ans, célibataire et encore puceau, cadre supérieur dans un établissement bancaire, décide un beau jour que N I NI, c'est fini, je vais m'affranchir de ma daronne en déménageant. Le voilà donc parti à la recherche de l'écrin immobilier qui marquera la fondation de sa nouvelle vie et accueillera ses futures conquêtes. Toutes blanches, et toutes pour le sexe... Au passage, il se fait défriser, blanchir la peau, et prend un pseudo pur franchouillard.
   
   Sur un rythme à la fois allègre et lancinant, nous voilà donc, ô lecteur-trice, accompagnant Mohamed, alias Basile, dans sa chasse à la femelle. Le hasard veut que, hormis celle qui lui fait signer son bail immobilier, parisienne extrêmement sexy mais pas suffisamment cochonne dans son échelles des valeurs érotiques, Mohamed ne croisera que des Algériennes comme lui, des maghrébines délurées mais mentalement cadenassées par une ceinture de chasteté. Luxe, alcool, stupre et Cie ont remplacé jeûnes, prières et pèlerinage dans la vie de notre "héros".
   
   Puis, vers les deux tiers du livre, patatras, la tournure vire à frapadingue. On ne sait plus trop qui est le narrateur (ou la narratrice), les personnages croisés se révèlent être des personnages de romans cités dans l'ouvrage. Mohamed vire maniaco-dépressif.
   
   Si le style de Leïla Marouane m'a séduite, la construction de son récit m'a laissée perplexe. C'est d'autant plus dommage que le sujet est passionnant : comment devient-on libre ? Comment s'émancipe-t-on de l'influence maternelle, du carcan religieux, des traditions machistes ? Si j'ai bien tout compris, le constat est négatif. Pour Leila Marouane; La liberté est un miroir aux alouettes car on ne peut pas échapper à ce qu'on est... à son ghetto, à sa race, aux siens...
   
   Outre ce quadra flingué et perdu entre deux cultures, l'auteure nous brosse à quelques portraits de femmes tout à fait crédibles : la fausse vierge chercheuse de maris, la fausse lesbienne pour mieux écarter les prétendants mâles, une Messaline collectionneuse qui refuse habilement l'entrée de son ... calice, bref, toute une palette de femmes faussement libres... Il est aussi question dans ce livre de règlements de compte avec un certain auteur algérien affublé d'un pseudo féminin...

critique par Evanthia




* * *