Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Histoire de réussir de Russell Banks

Russell Banks
  De beaux lendemains
  American Darling
  Affliction
  Sous le règne de Bone
  Terminus Floride (ou Continents à la dérive)
  Pourfendeur de nuages
  Hamilton Stark
  Trailerpark
  Histoire de réussir
  La Réserve
  L'Ange sur le toit
  Lointain souvenir de la peau
  La relation de mon emprisonnement
  Un membre permanent de la famille
  Continents à la dérive

AUTEUR DU MOIS DE DECEMBRE 2005

Russell Banks est né le 3 mars 1940 aux Etats Unis, dans le New Hampshire. Il a voyagé, exercé de petits métiers et, plus intéressant à mon avis, milité pour les droits civiques des Noirs, à une époque ou cela était loin d'aller de soi, surtout pour un Blanc.
C'est un grand admirateur de Jack Kerouac. Il avait commencé par écrire de la poésie, mais s'est ensuite mis au roman avec beaucoup plus de succès. Plusieurs de ses romans ("Affliction", "De beaux lendemains") ont été adaptés au cinéma.

Il devient professeur d'Université avant d'aller vivre deux ans en Jamaïque.. Il est maintenant un écrivain reconnu et incontesté, membre puis même président du Parlement International des Ecrivains.
Dans ses romans, il met le plus souvent en scène des marginaux ou des "ratés", des losers du système américain. "C'est une préoccupation centrale pour moi, presque une obsession: parler de ceux dont les vies ne sont pas considérées comme suffisamment intéressantes pour qu'on en parle. Amener les autres à prendre conscience que la vie intérieure de ceux qu'on appelle les gens ordinaires est aussi subtile, compliquée, et trouble que celle d'un philosophe, d'un chef d'entreprise ou d'un intellectuel."

Histoire de réussir - Russell Banks

Nouvelles des hommes
Note :

   «Success stories» a été publié en 1986 alors que le premier livre de Russell Banks l'a été en 1975. En fait, c'est le septième livre publié par Banks, alors je me demande d'où me vient ce sentiment d'y trouver des textes de jeunesse. Pas uniquement, notez bien, et puis je peux me tromper, mais plusieurs me semblent vraiment provenir d'un Russell Banks jeune. Peut-être a-t-il repris des textes plus anciens quand il s'est mis en tête de constituer ce recueil de 9 nouvelles.
   
   Enfin, ce ne sont là qu'hypothèses. Ce qui m'a amenée à m'interroger à ce sujet, ce sont tout d'abord les thèmes (jeune garçon, se trouvant souvent aux prises avec le problème d'un père brutal ou absent) qui sont bien des thèmes que Banks répètera toujours, mais j'ai trouvé qu'il le fait là avec une sorte d'inexpérience et de jeunesse dans la vision des choses. Ensuite le style, il m'a semblé que l'auteur ne maîtrisait pas aussi bien dans ces nouvelles, son style et l'art du récit qu'il ne le fait ailleurs.
   
   Ce point posé (charge au prochain qui rencontre Russell Banks de lui poser la question ;-))), il nous reste un recueil de nouvelles dans les décors de la vie quotidienne d'Américains des classes socialement défavorisées. Les thèmes sont, comme je l'ai dit, généralement articulés autour de l'image du père. Un père posant le plus souvent problème au reste de la famille, pour diverses raisons liées à l'alcool et à la violence. Je ne peux pas ne pas penser qu'il y a ici une trace autobiographique, mais les éléments que j'ai pu trouver sur l'enfance de Banks ne sont pas absolument clairs sur ce point.
   
   Plus largement, certaines nouvelles abordent aussi le thème du rôle de l'homme dans la société ou la famille, l'image masculine dans la société moderne, de l'adolescence à la vieillesse (les nouvelles de ce recueil sont d'ailleurs globalement présentées du plus jeune rôle masculin au plus âgé). Russell Banks a été à juste titre, très tôt sensible à cette problématique. Il a été, me semble-t-il un des premiers à lui accorder autant d'importance. A une époque où l'on commençait tout juste à prendre conscience du problème du rôle masculin, il lui a semblé, à lui, que c'était bien là un point crucial qui méritait que l'on s'y intéresse longuement. A ce titre, il a droit à toute notre estime.
    ↓

critique par Sibylline




* * *



Divergence de priorités
Note :

   De Russell Banks on connaît quelques romans par la bande, par exemple "De beaux lendemains", le film d'Atom Egoyan qu'il faudrait que je revoie car il était très bon mais lointain maintenant dans ma mémoire... j'avais lu et apprécié "Sous le règne de Bone" mais là avant de lire très prochainement "American Darling" qui me tente déjà depuis belle lurette, quelques nouvelles dans son style où c'est vrai que l'on retrouve l'aspect carrément social, où les rapports humaines prennent toutes leurs dimensions, des situations pas simple à vivre et demandant une bonne dose de recul sur soi même.
   
   Reine d'un jour où l'histoire touchante d'une famille et de l'aîné aux vicissitudes de la vie et où le rêve de faire passer sa mère dans une émission d'audience nationale devient une sorte de quête... Le Goulet ou le destin chaviré et momentané puis durable de trois hommes que rien ne prédestinait à devenir ce qu'ils sont maintenant... Adultère, histoire de vie tout simplement, adolescence et retour sur soi, Sarah Cole: un histoire d'amour, il faut une sacrée dose de compassion... les choix de chacun sont dictés par... difficile de vivre dans un monde d'apparence parfois, Du bois à brûler où l'histoire d'un père, d'un fils et d'un tas de bois à brûler qui reste dans un jardin...divergence de points de vues et de priorités.
   
   Un petit recueil qui se laisse lire très agréablement et c'est toujours un plaisir de lire du Babel également alors allez-y vous ne serez pas déçu, l'Amérique d'aujourd'hui est là qui vous attend les bras ouverts, regard décalé et vrai sur une partie de notre monde qui deviendra bientôt le nôtre, les différences culturelles se lissant, diminuant, diminuant, diminuant...

critique par Herwann




* * *