Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Notre agent en Judée de Franco Mimmi

Franco Mimmi
  Notre agent en Judée

Notre agent en Judée - Franco Mimmi

Polar biblique
Note :

   Vous connaissez déjà l'histoire ! Jésus est condamné à mort et Ponce Pilate se lave les mains. Mais on ne vous avait pas tout dit. Il se lave tout le temps les mains, ce type... Pourquoi ? Eh bien, je vais vous le dire.
   
   • Un vieux policier, Aduncus, est envoyé par Tibère (celui qui a lancé Capri !) voir en Judée de plus près ce qui s'y passe. Car il ne se fie pas toujours aux rapports qui lui en parviennent. Malgré ce qu'en dit Séjan, le préfet Ponce Pilate est incapable de pacifier son territoire. Comme les transports ne sont pas encore très rapides dans la "Mare Nostrum", Aduncus débarque à Césarée seulement au milieu du bouquin.
   
   • Le préfet ne cesse de se torturer le mental à cause des Juifs, et ça le rend malade : il a d'affreuses démangeaisons sur les mains malgré les talents de son médecin grec qui a préconisé des bains pour calmer les douleurs. Calmer les Juifs n'est pas facile non plus. Mais le grand prêtre Caïphe et le roi Hérode Antipas (la femme d'Hérode c'est Hérodiade et leur fille Salomé a demandé et obtenu la tête de Jean le Baptiste, ? vous le saviez n'est-ce pas ?), donc le prêtre Caïphe, le roi Hérode et le préfet concoctent un plan secret pour sauver la situation : d'où le titre : notre agent en Judée.
   
   • Jésus de Gamala, dit le Naziréen, arpente la région et prêche la bonne parole, paix et amour du prochain, dans un monde saccagé par la haine contre les Romains, les rivalités entre sadducéens, zélotes, esséniens, philistins et j'en passe. Jésus donc, facteur de pacification, est surveillé et protégé par les hommes d'Afranios (le chef de la police secrète de Pilate).
   
   • Alors vous dites, s'ils sont tous pour Jésus, que peut-il lui arriver ? C'est sans compter sur le Hamas ! Euh, je veux dire les Zélotes et leur chef Bar-Abba !

critique par Mapero




* * *