Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lettres du pays froid de Caroline Lamarche

Caroline Lamarche
  Lettres du pays froid
  Karl et Lola

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Lettres du pays froid - Caroline Lamarche

De la froide terre des morts...
Note :

   Les lettres du pays froid, ce sont peut-être les lettres qu'Alexis écrit à la narratrice du livre. Ou bien, c'est ce récit-même qui nous est donné à lire. Le récit d'une rencontre entre une jeune femme qui se consacre à l'écriture et en vivote plus ou moins dans une vague reconnaissance critique - son dernier recueil de poèmes ayant reçu un prix d'une petite fondation, dont la réputation ne s'étend guère en dehors du milieu littéraire -, et cet Alexis pour lequel elle éprouve très vite une fascination un peu malsaine et qui l'a choisie comme confidente de son désespoir. Car Alexis est amoureux, désespérément amoureux, de Franz qui l'a quitté pour se marier et avoir des enfants, bref pour une vie plus conventionnelle et socialement acceptable. Et depuis lors, après une tentative de suicide qui l'a laissé estropié, Alexis attend les rares retours de Franz... Et pendant qu'Alexis attend Franz, la narratrice, elle, attend Loup, l'ami-amant qui l'aime bien, incontestablement, mais aime les hommes encore un peu plus...
   
   A ce jeu tragique des sentiments et des désirs non partagés, Caroline Lamarche mêle discrètement un jeu subtil d'allusions artistiques et littéraires, invoquant les figures tutélaires de Frida Kahlo et Diego Rivera, ou encore Marguerite Yourcenar et son roman magnifique "Alexis ou le traité du vain combat", auquel Alexis doit peut-être son prénom. Les "Lettres du pays froid" gagnent ainsi en profondeur de champ, en épaisseurs de sens superposés. Au tableau de passions qui déchirent et mutilent ceux qui en sont les proies, vient se mêler une réflexion sur l'écriture et son coût: son poids de solitude, le sang versé au fil d'expériences douloureuses qui se mêle à l'encre, l'inadaptation de l'écrivain animé par l'amour de l'art et le perfectionnisme face à certains aspects de la vie en société et dont l'héroïne se fait l'exemple...
   
   Il y a un petit moment que j'hésitais à aborder l'oeuvre de Caroline Lamarche. De cette auteure qui aime manifestement explorer dans ses livres un univers hors norme, les marges des conventions sociales et les désirs les plus inavouables - voire pathologiques - de ces semblables, je craignais que les livres ne soient extrêmement durs, noirs et déprimants. Je soupçonnais en tout cas Caroline Lamarche d'être fort capable d'aller piquer la pointe de sa plume là où cela peut vraiment faire mal. Mais si ce dernier soupçon s'est révélé justifié, j'ai été très heureusement surprise par le plaisir que j'ai éprouvé à la lecture de "Lettres du pays froid". Un peu parce que je me suis amusée de reconnaître au passage des lieux familiers, croqués avec une grande justesse. Mais surtout parce que j'ai été très sensible à l'élégance dont Caroline Lamarche ne se départit jamais tout au long de ce livre. Elégance de l'écriture et de la construction. Elégance aussi du regard, teinté d'une distance amusée, que la narratrice porte sur ses compagnons de route et leurs mésaventures. Une élégance joueuse et féline, décidément très séduisante.
   
   
   Extrait:
   "Dans la réalité, et plus particulièrement dans cette réalité intime qu'est la solitude du poète, nous ne pouvons ignorer le fait que toute fuite au désert de l'écriture se construit sur un carnage. Oui, les saints ne sont saints, et les poètes, poètes, qu'au prix d'un combat qui ensanglante les abords de la source." (p. 139)

critique par Fée Carabine




* * *