Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La douce empoisonneuse de Arto Paasilinna

Arto Paasilinna
  Un homme heureux
  Le lièvre de Vatanen
  Petits suicides entre amis
  La douce empoisonneuse
  La cavale du géomètre
  Les dix femmes de l’industriel Rauno Rämekorpi
  Sang chaud, nerfs d’aciers
  Le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen
  Le cantique de l'apocalypse joyeuse
  Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison
  Prisonniers du paradis
  Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés
  P comme: La forêt des renards pendus
  Le dentier du maréchal, Madame Volotinen et autres curiosités

Romancier finlandais né en 1942 en Laponie finlandaise.
Avant d'être journaliste puis écrivain, il fut bûcheron et ouvrier agricole.
Il écrit aussi pour le cinéma, la radio et la télévision.
Il s'intéresse aux arts graphiques et écrit des poèmes.

La douce empoisonneuse - Arto Paasilinna

Pour s’amuser
Note :

   Linnea est une bien vieille dame, charmante, dotée d’une jolie maison dans la campagne finnoise et malheureusement aussi, d’un neveu qui lui n’a rien de joli, ni de charmant.
   
   Tous les mois, Linnea touche sa pension de veuve d’officier et tous les mois son neveu débarque avec ses insupportables amis, compagnons de beuverie, engeance de la pire espèce et se fait remettre le pécule sans autre forme de procès, laissant la pauvre vieille désespérée.
   
   Quand je dis sans autre forme de procès, ce n’est malheureusement pas tout à fait exact, car ils comptent bien profiter de l’occasion pour jouir de tous les agréments de la jolie maison et du joli village ; et eux, pour bien profiter, ils ont besoin de beaucoup boire et de détruire.
   En cette occasion, les villageois les plus virils ne manifestent aucune intention particulière de leur tenir tête, pas plus que la police n’envisage sérieusement de les contrarier. On comprend que dans ces circonstances, Linnea cède au désespoir et se résolve à renoncer à tout : sa maison, ou même sa vie… voire à son neveu.
   
   Le reste, je vous le laisse découvrir : un roman rapide, vif et amusant malgré le stress noir de la dureté du monde tel que le neveu et ses copains le voient et le présentent. Une cascade d’évènements plus ou moins vraisemblables mais toujours bien trouvés. Une lecture intelligente et agréable pour quand vous voudrez vous distraire un moment, vous défouler et vous changer complètement les idées. Et puis, selon l’art de Paasilinna, une vision qui ne fait pas de cadeaux à la société finnoise moderne ni à l’humanité en général.
   
   Dur, doux, drôle.

critique par Sibylline




* * *