Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Innocent de Harlan Coben

Harlan Coben
  Ne le dis à personne
  Innocent
  Une chance de trop
  Temps mort
  Sans laisser d’adresse
  Faux rebond
  Disparu à jamais
  Dans les bois
  Tu me manques

Harlan Coben est un auteur américain de romans policiers né en 1962.

Innocent - Harlan Coben

Nouvelles technologies
Note :

   Pas de doutes, Harlan Coben «fait» dans les nouvelles technologies. Il aurait même tendance à se répéter. Quiconque a lu «Ne le dis à personne» ne pourra s’empêcher de trouver une répétition de moyens … qui rappelle ...
   Un téléphone portable qui transmet les photos mettant le feu aux poudres, ça rappelle forcément quelque chose ! Ca n’empêche pas l’intrigue d’être ingénieuse, suffisamment pour vous tenir en haleine tout au long du roman. La fin est malheureusement prévisible, Harlan Coben parvenant toutefois à dépasser en «happy» l’happy-end attendue ! Ca fait un peu moralisant et politiquement correct. Dommage ! D’autant que Coben ne lésine pas sur les rebondissements et les contre-pieds. Harlan Coben est à Agatha Christie ce que le squash est au tennis !
   
   Matt Hunter a passé quatre ans en prison pour un meurtre dont il nie la réalité. Il est marqué, psychologiquement et socialement, mais parvient néanmoins à redémarrer une vie sociale «normale». Et puis sur son téléphone portable (nouvelles technologies !), il voit apparaître une photo de sa femme en compagnie d’un inconnu plutôt inquiétant. Tout dérape inéluctablement et nous voilà parti pour «Innocent». On regrettera juste la fin trop convenue.
   
   Il y a de bonnes idées et de bonnes intentions, le thème de la réinsertion d’un ex-taulard dans la «bienpensance» de la société WASP de la côte Est, la folie du territoire un peu à part qu’est le Nevada, avec Las Vegas et Reno à proximité … mais la dichotomie est trop forte, loin du réalisme et de la véracité psychologique d’un James Lee Burke ou d’un Tony Hillerman par exemple.

critique par Tistou




* * *