Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Jane Austen de Carol Shields

Carol Shields
  Jane Austen
  La mémoire des pierres

Jane Austen - Carol Shields

Perpendiculaire, précise, taciturne.
Note :

   Les éléments tangibles concernant la biographie de Jane Austen sont maigres : pas de photos, une partie de sa correspondance détruite par sa sœur Cassandra, des pans entiers de sa vie laissés dans le silence, des avis et des témoignages de ses contemporains variant du tout au tout, tout cela est forcément sujet à conjectures.
   
   S’appuyant sur de nombreux ouvrages déjà consacrés à notre chère Jane, Carol Shields nous dresse un portrait un peu rapide, mais vivant, et nous entretient avec bonheur de sa propre lecture de l’œuvre de Jane Austen, nourrie de son expérience de romancière.
   Ainsi par exemple, dans la biographie rédigée par son neveu, peut-on lire :
   « Jane Austen vivait complètement à l’écart du monde littéraire. Elle n’avait de rapports directs ou épistolaires avec aucun auteur contemporain. Elle ne se trouva probablement jamais en compagnie d’une seule personne dont les talents ou la célébrité pussent se comparer aux siens, si bien que ses facultés ne s’aiguisèrent jamais au contact d’esprits supérieurs non plus que son imagination ne trouva le moindre recours dans les éventuelles suggestions de ses pairs. Ses œuvres sont de purs « produits maison ».
   Et Carol Shields développe ainsi :
   « Ce terme de «produit maison» appliqué aux œuvres de Jane Austen est particulièrement inspiré. Que signifie-t-il ? En termes postmodernes, on peut considérer l’art comme un produit et le romancier comme un ouvrier qui recrée, refaçonne, réinvente ce qui a été conçu par d’autres avant lui ; mais l’auteur de romans à l’époque de Jane Austen doit façonner ses propres moules puisque les paramètres du genre, et notamment la question de la «réalité fictionnelle», restent à définir : comment intégrer dans une œuvre des éléments de la «vraie vie», comment décrire et interroger cette vie sans donner l’impression de vouloir la reproduire ? Comment signaler au lecteur que la facture d’un roman n’est pas celle d’un documentaire ? Combien de degrés séparent l’art mimétique de la réalité telle que la perçoivent nos sens ? Quel type d’intersection entre le réel et le projeté souhaitons-nous retrouver dans un roman ? Espérons-nous que la réalité de la fiction correspondra à ce que nous savons déjà, à ce que nous avons déjà acquis et accepté ?
   Les «produits maison» de Jane Austen furent conçus et composés dans l’isolement. Elle en inventa les personnages, l’action, les décors et le cadre moral. Leur architecture romanesque était héritée des romanciers du XVIII° siècle, mais elle la renouvela, la dépoussiéra et y mit de l’ordre, chassant d’un coup de balai les complications de l’intrigue.
   Tout cela, elle le fit seule.»

   C’est forcément passionnant d’en savoir un peu plus sur la vie d’un auteur que l’on aime, et Jane Austen est un auteur qui inspire énormément d’amour à qui la découvre. Je considère que c’est ici l’ouvrage idéal pour une première approche biographique, parce que le talent de romancière de Carol Shields parvient à introduire un rythme tenant du suspens, c’est franchement un plaisir à parcourir. Ca donne surtout envie de lire, relire et relire encore, (attention je vais la citer une dernière fois) Jane Austen.
   ↓

critique par Cuné




* * *



Simple mais utile
Note :

   Voici donc la biographie écrite par la romancière canadienne Carol Shields, biographie aussi agréable à lire que les romans de Jane Austen et que j'ai dévorée en quelques heures.
   
    Du solide, du classique : Carol Shields choisit de peu s'écarter de la chronologie et ses sources sont bien connues: en particulier les lettres que Jane a écrites (enfin, celles que sa sœur Cassandra n'a pas détruites) et la biographie de son neveu James Edward Austen-Leigh.
   
   L'ambiance familiale propice à l'éclosion de son talent est bien rendue et on imagine aisément Jane faisant ses premières armes d'écrivain:
    "Sur la première page d'un carnet qu'il offrait à sa fille, Mr. Austen écrivit :'Effusions fantaisistes d'une très jeune demoiselle consistant en des contes d'un style entièrement nouveau.' Il résumait ainsi tout ce qui caractérisait les premiers écrits de Jane ; il soulignait son extrême jeunesse, évoquait les débordements de son imagination fantaisiste, tout en reconnaissant son originalité et son style unique."

   
    Dans ce court ouvrage, pas la place pour des études compliquées des romans de Jane et des développements sur son existence, mais l'essentiel y est. J'ai apprécié de découvrir pourquoi Jane Austen aurait laissé inachevé son roman "The Watsons" et comment elle pensait terminer "Sanditon".
   
    Sa vie peut paraître terne, je ne pense pas qu'elle l'ait été en fait, sans atteindre tout de même le véritable roman d'aventures que fut la vie de sa cousine Eliza!
   
    Pour terminer, je laisse la parole à Jane Austen :
   
    "Lorsqu'un livre est bien écrit, il me semble toujours trop court."
   
    "Je dois avouer qu'Elizabeth me paraît plus délicieuse qu'aucune autre créature ayant vécu sur le papier. J'ignore si je pourrais tolérer qu'on ne l'aimât point."

critique par Keisha




* * *