Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Bouddha de Jacques Brosse

Jacques Brosse
  Le Bouddha
  Zen et occident
  Mythologie des arbres

Le Bouddha - Jacques Brosse

ni dogme , ni église instituée
Note :

   Je vous copie-colle, la présentation de l'auteur telle que je l'ai trouvée sur internet : « Jacques Brosse, historien des mentalités religieuses et des mythologies, enseigne le zen depuis plus de vingt ans. Il a reçu en 1987, pour l'ensemble de son oeuvre, le Grand Prix de Littérature de l'Académie Française »
   Autant dire que l'auteur est parfaitement compétent pour répondre aux questions que l'on peut se poser sur le bouddhisme, ce qui n'est pas forcément le cas de tous les auteurs des ouvrages que l'on découvre lorsqu'on se lance dans des recherches dans ce domaine.
   
   Cet ouvrage se divise en 9 parties que je vous énumère pour ceux qui s'intéressent à, ou recherchent un point précis:
   * La vie de Bouddha
   * Le shangha (pour simplifier, c'est ce que, chez les catholiques, on appellerait le clergé)
   * La doctrine fondamentale
   * Le bouddhisme des Anciens
   * La Grand Véhicule (nouvelle doctrine)
   * Le bouddhisme du Sud-est asiatique
   * Le bouddhisme du Nord
   * Le bouddhisme contemporain
   * Le bouddhisme et nous (bouddhisme et philosophie, et psychanalyse, et christianisme.)
   
   Chaque partie est traitée de façon extrêmement complète et précise, je dirais presque minutieuse.
   Ce livre ne conviendrait pas à quelqu'un qui ignorerait tout du bouddhisme. Il ne serait sans doute pas à sa portée. Pour une première approche, il vaudrait sûrement mieux chercher un ouvrage plus court et plus général. Celui-ci s'adresse plutôt à ceux qui, connaissant déjà les bases, désirent obtenir soit une connaissance d'ensemble plus approfondie, soit des renseignements plus précis sur un point ou l'autre. Dans ce cadre là, ce livre est parfait, c'est pourquoi je lui accorde 5 étoiles.
   
   
   
   
   
   
   

critique par Sibylline




* * *