Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le phare de Monhegan et autres nouvelles de Richard Russo

Richard Russo
  Un rôle qui me convient
  Le déclin de l'empire Whiting
  Le phare de Monhegan et autres nouvelles
  Quatre saisons à Mohawk
  Le pont des soupirs
  Un homme presque parfait
  Les sortilèges du cap cod
  Ailleurs
  A malin, malin et demi

Richard Russo est un écrivain américain né en 1949. Il a obtenu le prix Pulitzer en 2002 pour "Le Déclin de l'empire Whiting".

Le phare de Monhegan et autres nouvelles - Richard Russo

Pas le bon calibre
Note :

   Richard Russo n'est pas un auteur idéal pour les nouvelles, à mon goût.
   
   Autant sur un pavé il sait à merveille planter gentiment et progressivement le décor, autant ça fait flop sur une trentaine de pages. Ce n'est pas suffisamment incisif, comme une impression de tourne-autour sans jamais mettre le doigt là où il faudrait. Ma métaphore est totalement foireuse, l'impression que j'ai eu tout au long de ma lecture en fait c'est une mélancolie tristounette, et pas celle qui vous berce l'âme, qui fait gentiment mal, non, celle du dimanche soir à l'heure des génériques TV, qui vous fait sentir médiocre et instable. Et je n'aime pas ces sensations.
   
   D'ailleurs même la nouvelle qui deviendra par la suite le roman «Un rôle qui me convient», n'a pas le dixième de l'humour du roman. Je ne suis même pas allée au bout de la dernière nouvelle du recueil, pour vous dire ....
   
   Tiens je tombe sur une interwiew où il parle de Russell Banks :
   
   "RR: We occupy a lot of the same geographic territory.
   Not a lot of laughs in Russell Banks’ books. He’s another writer, when I read him his vision seems as every bit as true as mine. I read through his eyes about a place that I know and would see entirely differently left to my own devices. But when I’m reading him I am not left to my own devices..."
   in french:
   ("Nous occupons en gros le meme territoire géographique.
   Pas vraiment de quoi rire dans les livres de Russell Banks. C'est un autre écrivain, quand je le lis, sa vision ressemble tout à fait à la mienne. Je lis à travers ses yeux au sujet d'un endroit que je connais et que je verrais d'une façon totalement différente si j'étais livré à moi-meme. Mais quand je le lis, je ne suis pas livré à moi-meme.")

critique par Cuné




* * *