Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le corps de Liane de Cypora Petitjean-Cerf

Cypora Petitjean-Cerf
  Le corps de Liane
  Le musée de la sirène
  Le film
  La belle année

Le corps de Liane - Cypora Petitjean-Cerf

Corps d’enfant corps de femme
Note :

   Liane est une enfant sans père, une enfant qui vit dans un univers tellement féminin, qu'elle est bien en peine de dire ce qu'être fille puis femme peut bien dire. Entre Christine sa mère, Huguette sa grand-mère bretonne, Eva la femme de ménage et sa fille Armelle, Roselyne sa meilleure amie et d'autres, elle va grandir vaille que vaille
   
   Je ne connaissais Cypora Petitjean-Cerf avant d'ouvrir ce roman que par les critiques que j'avais pu lire au gré de mes promenades de blogs en blogs sur son premier roman, Le musée de la sirène! Le hasard a voulu que ce soit sur celui-ci que je mette la main en premier!
   Je dois dire que je n'ai pas été déçue! Cypora Petitjean-Cerf construit une galerie de personnages féminins attachants, que l'on prend plaisir à voir évoluer de pages en pages. En racontant leur histoire par petites tranches de vie, sans hésiter à franchir d'un bond de longues années, elle donne à voir leur vie et leur survie. Car dans l'univers de Liane, rares sont les hommes qui ne sont pas en fuite.
   
   J'ai aimé la manière dont l'auteur interroge la féminité et surtout la maternité à travers ces scènes. Ce sont les questions centrales qui se posent à travers ces pages. Qu'est ce qu'être une femme? Maquillage? Parfum? Qu'est-ce que devenir femme? Est-ce simplement la puberté? Est-ce prendre exemple sur les femmes qui nous entourent? Et par dessus tout, qu'est ce qu'être mère? Suffit-il de porter un enfant pour le devenir ou est-ce bien autre chose?
   
   Je ne dévoilerai certainement pas les réponses (quand il y en a) qui sont données, mais on les trouve dans une lecture agréable, parfois tendre, parfois douce, parfois drôle et parfois dure.
   Car ce sont aussi des femmes blessées. Maris morts ou en fuite, enfants mort-nés, mères indignes, dépressions, haines... Mais sans oublier amitié, shopping, repas partagés, vacances et découvertes. Un petit moment de plaisir qu'il serait dommage de se refuser! De lessives en cuisines, de Noëls en vacances de Pâques, ces femmes tressent un petit groupe dont on aimerait presque faire partie!
    ↓

critique par Chiffonnette




* * *



"Gourgandine des steppes !"
Note :

   Après un premier roman très court mais plutôt réussi («Le musée de la sirène»), j'attendais avec impatience de lire le deuxième opus de Cypora Petitjean-Cerf (avec un nom aussi romanesque, comment ne pas écrire de beaux textes ?!).
   
   «Le corps de Liane» tient toutes ses promesses et nous entraîne cette fois dans un univers presque exclusivement féminin car dans la famille de la jeune Liane, les hommes ont une fâcheuse tendance à disparaître "avec une rapidité incroyable", mais peut être n'est-ce pas plus mal.
   
   Dans ce gynécée évoluent donc trois générations qui se cherchent et s'efforcent d'être de bonne mères, car "ça ne tombait pas tout cuit".
   
   Liane quant à elle voit son corps se transformer à toute allure et elle en souffre. Il lui faudra donc l'aide de celle qu'elle a élue comme meilleure amie parce qu'elle avait de plus gros seins qu'elle, pour vaincre sa manie de faire des listes et sa peur de vomir. Roselyne, mais aussi Eva, la femme de ménage, ainsi que les héroïnes du feuilleton "Dallas" aideront Liane à s'accepter femme...
   
   Tout n'est pas rose cependant dans l'univers de Liane, on y croise aussi des filles qui ne supportent pas -et à juste titre- leur mère, des filles qui analysent très lucidement et finement le comportement de leur génitrice mais chaque personnage évolue grâce aux autres, ce qui donne une tonalité très chaleureuse à ce roman.
   
   Une mention particulière au personnage de la grand-mère qui sort des clichés habituels et à celui de l'insupportable et très précoce Armelle qui concurrence le capitaine Haddock en lançant à tout un chacun des bordées de jurons pas piqués des vers (cf le titre de ce billet).

critique par Cathulu




* * *