Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Descente à River Road de Meja Mwangi

Meja Mwangi
  Descente à River Road

Descente à River Road - Meja Mwangi

Une descente aux enfers
Note :

   Une rareté : un roman kényan traduit en français. Publié en anglais en 1976, il se déroule avant l'épidémie de sida, mais la société africaine qu'il nous montre est déjà à la peine.
   
   L'action se passe à Nairobi et est divisée en plusieurs séquences réparties sur quelques années. Radié de l’armée pour une sombre histoire de corruption, l’ex-lieutenant Ben Wachira vit mal sa réinsertion dans la vie civile. Jadis il a eu une voiture et un appartement. Il passe maintenant ses journées comme ouvrier sur un chantier de construction d'une tour de 25 étages —il est "le fils de la bétonnière rouillée"— et ses nuits à écumer les rues louches et les bars des bas-fonds de River Road avec son ami Ocholla le grutier.
   
   Ben rencontre la jeune et séduisante Wini, prostituée occasionnelle, et s'installe chez elle. Un soir, Wini, qui est devenue secrétaire, disparaît avec son patron blanc, laissant à Ben le soin de se débrouiller avec Bébé. La vie de Ben devient alors de plus en plus difficile, d'autant que son ancien complice, Onesmus, le tient responsable de leur fiasco et menace de le tuer. Ben se retrouve bientôt réduit à se réfugier chez son pote Ocholla. Il doit aussi approvisionner en drogue son chef, un Indien, qui voit en lui son homme de confiance quand arrive l'heure de l'africanisation. Pour Ben, tout va désormais de mal en pis.
   
   Meja Mwanzi raconte sobrement cette descente infernale dans l'extrême pauvreté des bidonvilles où se côtoient brigands, racketteurs, chômeurs, policiers véreux, et prostituées déchues. Il insiste sur la crasse, l'alcool, la faim. Dans les bars glauques aux noms paradisiaques, comme l'Éden, grouille une armée de travailleurs éreintés sortant des chantiers où les entrepreneurs Indiens les exploitent et une armée aussi nombreuse de putes attirées par les jours de paie et qui, le reste du mois, soldent leurs charmes douteux. Tous viennent boire jusqu'à rouler sous les tables : bière, "karara" et "changaa" une boisson alcoolisée obtenue par distillation de maïs et de sorgho.

critique par Mapero




* * *