Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une douce obscurité de Patrick Gale

Patrick Gale
  Une douce obscurité
  Tableaux d'une exposition
  Jusqu'au dernier jour

Patrick Gale est un écrivain britannique né en 1962.

Une douce obscurité - Patrick Gale

Et vous ? Quelle est votre mission de vie ?
Note :

   L'histoire commence par "Quand Eliza se réveilla, au beau milieu de la nuit, le chien agonisait". Premier chapitre, premier personnage d'un quintette. Deux femmes, deux hommes, une enfant. Une famille qui en est une sans en être une …
   
   J'ai aimé la tendresse de ce livre qui s'intitule comme il se lit. Doucement. A la tombée de la nuit et des émotions de la journée.
   
   Comme souvent, l'enfance prend son bâton de pèlerin pour accompagner les adultes hésitants sur le chemin de leur vie. Prendre contact avec sa mission de vie est une expérience étourdissante. Et découvrir que, si des circonstances s'imposent à nous, nous avons le choix d'agir à notre guise dans ces circonstances. Savoir quitter, savoir rester, savoir choisir … Vivre au présent pour l'avenir, sans regretter le passé. Voilà les quelques bienfaits de la douce obscurité de cette campagne de Cornouailles.
   
   Ce roman rend hommage à l'intelligence et à l'humanité. C'est touchant, c'est frais, c'est vrai. Et je souligne qu'aucun personnage mauvais ou odieusement triste ne vient assombrir ce théâtre. La fin est même morale, chacun a pris sa voie. C'est un peu comme une histoire d'adultes responsables, sans caricatures, sans cris d'orfraie. J'ose une explication …. Rien de flamboyant ni de spectaculaire ni de drames sous-jacents, n'est-ce pas la vie au jour le jour ? Nous pouvons grandir doucement … apprendre sans souffrir …. avancer debout …, car faire ou refaire sa vie, quelle différence ?
   
   Patrick Gale déroule ses personnages au gré d'événements successifs, et chacun les visite tour à tour, les agrémentant d'actions et de fertiles pensées intérieures. Cette façon d'écrire favorise le suspense et l'ambiguïté, rendant les coïncidences de rencontres bienvenues. Comme au théâtre de Feydeau, ils sortiront tous du placard, au final, temps et lieu à l'unisson.
   
   
   Vous aimerez aussi la petite Dido de grande maturité. Sa fougue est saisissante et sait faire place à un immobilisme contraint pour mieux faire face à son destin. L'adulte introverti et meurtri qu'est Giles se laisse guider par les événements au gré d'un talent incomparable. Julia, elle, trace sa route dans l'adversité. Vous comprendrez ce qui pousse Eliza à porter des vies qui ne lui appartiennent pas comme à retrouver sa voie dans ses racines. Naturellement, la force et la simplicité de Pearce s'impose : il sait ce à quoi et pour quoi il a renoncé, et ce vers quoi il veut changer …
   
   Autant de personnages et de décors pour débattre entre le beau et le laid, entre Londres et la Cornouailles, entre les musiciens et les fermiers, entre l'amour et l'habitude. Débats le temps de se retrouver … et de découvrir l'ineffable secret de famille …
   ↓

critique par Alexandra




* * *



Madrigal
Note :

   "Et ces manteaux-là, il ne serait que trop heureux de les tenir toute la soirée."
   
    Cette "douce obscurité" est à la fois une citation d'un madrigal, spécialité de la musicologue Eliza, et représente également la situation dans laquelle se trouve le lecteur qui, au fil du récit, verra s'éclairer sous une autre jour bien des personnalités et des comportements.
   
   Dido, orpheline bien plus mûre que ses neuf ans officiels, navigue avec assurance entre sa tante qui l'a élevée et le futur ex-mari de celle-ci, Giles. Giles, chanteur lyrique et Eliza, qui traîne une thèse de musicologie depuis des années, n'arrivent pas à se séparer franchement et définitivement. Il faudra le départ pour la Cornouailles d'Eliza et de Dido pour que tout se mette en marche ...
   
   Patrick Gale nous fait ici découvrir le monde de la musique classique, ses ego surdimensionnés et ses faiblesses cachées, et explore avec délicatesse habituelle les tours et détours de l'amour. Une très jolie balade et un récit plein de revirements et de surprises, évitant avec soin les écueils des clichés. On tremble jusqu'au bout: qui repartira avec qui, qu'adviendra-t-il de tous ces personnages auxquels nous nous sommes attachés?
    (A noter un personnage d'agriculteur particulièrement craquant!)
   
   534 pages sans mièvrerie, où je ne me suis pas ennuyée une minute!

critique par Cathulu




* * *