Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'objet de mon affection de Stephen McCauley

Stephen McCauley
  L'objet de mon affection
  La vérité, ou presque

L'objet de mon affection - Stephen McCauley

Un instit à New-York
Note :

   Le premier roman que j’ai lu de Stephen McCauley était son quatrième, «La vérité ou presque» (dont on dit qu’il est le plus abouti). Je l’avais beaucoup aimé, trouvé à la fois caustique et tendre. J’avais poursuivi avec «Et qui va promener le chien ?» qui m’avait apporté le même plaisir, une ambiance douce-amère très attachante.
   C’est pourquoi j’ai été franchement déçue par «L’objet de mon affection», je suis restée spectatrice de bout en bout.
   
   Un jeune homosexuel, George, rencontre Nina par le biais de son futur-ex, Joley, qui le présente comme étant à la recherche d’une colocation. Il y a plus élégant comme préavis de rupture, mais George n’est pas rancunier et Joley est tellllllement beau…
   
   Emménagement avec Nina, donc, et les deux amis s’entendent à merveille, tout roule. Un boulot d’instit en maternelle, une collègue bizarre mais finalement sympa, des cours de danse, tout suit son cours jusqu’à ce que Nina tombe enceinte. Un peu de mal à l’idée de l’élever, ce futur bébé, le George. D’autant que le père, Howard, aimerait bien jouer son rôle, même si la maman panique rien qu’à l’idée. Alors pourquoi ne pas s’amouracher d’un nouvel-amant-lui-même-papa-d’un-petit-Gabriel, qui habite à perpète, histoire de bien se défiler… Ou alors assumer et épouser Nina ? Mais pourquoi, au fait ? Quel est donc la place de George dans la vie de Nina ?...
   Bon.
   J’ai bien aimé quelques dialogues, notamment la fin des coups de fils de George à sa mère
   «- Tu me manques, maman.
   - Ouais, autant que la rougeole, sûrement. »

   
   Ca se laisse lire gentiment, mais je ne suis tout simplement pas parvenue à m’intéresser réellement aux états d’âme des protagonistes, j’ai trouvé que c’était brouillon, la construction alambiquée et les retournements de situation mal amenés, bref, je suis restée sur la forme sans me couler dans le fond.
   
   Allez, c’était son premier roman, peut-être pas le bon pour se faire une idée de Stephen McCauley. Pas grave, il en a écrit d’autres, de quoi changer d’avis.
   ↓

critique par Cuné




* * *



J'ai vraiment aimé ça!
Note :

    Résumé
   
   "Nina et George partagent un appartement à Brooklyn et forment un couple hors du commun. Nina attend un bébé d'Howard qu'elle refuse d'épouser et souhaite élever son enfant avec George. Homosexuel affranchi, George a fait la rencontre de Paul qui lui demande à son tour de venir habiter avec lui dans le Vermont. Le chassé-croisé des sentiments se complique."

   
   
   Commentaire
   

   J'ai déjà vu le film il y a plusieurs années mais une critique enthousiaste m'avait donné le goût de tenter la lecture du livre... et ce fut ma foi une très bonne idée! J'avais le goût d'une jolie petite histoire pas trop compliquée et c'est ce que j'y ai trouvé!
   
   En fait, les bases sont les mêmes que dans le film, mais c'est tout de même assez différent. En fait la perspective est ici celle de George, qui est le narrateur, contrairement au film qui fait de Nina le personnage principal. Du coup, les événements sont les mêmes, du moins au début, mais ils ne sont pas présentés avec la même vision. Du coup, l'histoire prend une dimension tout à fait différente.  
   
   Je dois tout de suite préciser que j'ai nettement préféré le livre au film. Les personnages me sont apparus plus crédibles (parce que c'est plus clair qu'ils sont carrément bizarres tous les deux et qu'ils ne savent pas trop où ils s'en vont!) et qu'ils sont plus riches que dans le film. Chacun d'entre eux a un petit quelque chose qui les caractérise. En ce qui concerne George et Nina, il se rejoignent sur plusieurs plans, se ressemblent pour certaines choses, s'adorent, font "vieux couple",se jalousent un peu... mais encore? En fait, il n'y a rien de clair dans tout ça, ni d'un côté ni de l'autre, c'est ambigu et ils le savent. C'est ce qui rend la relation intéressante à observer. Un beau roman sur l'amour et l'amitié... ainsi que sur l'affection en général. J'ai trouvé ça très frais, divertissant, un brin ironique (George est vraiment comique avec son sens de l'auto-dérision) les questionnements des deux personnages sont intéressants à suivre sans devenir répétitifs. Bref, un très bon moment de lecture. 
   
   Par rapport au film (parce qu'il m'est impossible de ne pas comparer... j'avais toujours un tas d'images qui se pointaient dans ma tête!!!), j'ai vraiment beaucoup aimé la fin du livre, selon moi plus crédible, moins "Hollywood", un peu nostalgique... Peut-être est-ce que c'est parce que je suis toujours touchée par ces livres qui contiennent un peu de nostalgie du temps qui passe et de "ce qui a été" mais j'ai vraiment refermé le livre avec un petit sourire mélancolique, en disant à ma meilleure amie, chez qui j'étais "J'ai vraiment aimé ça, mon livre"!!!

critique par Karine




* * *