Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lettre d’un éditeur de poésie à un poète en quête d’éditeur de Louis Dubost

Louis Dubost
  Lettre d’un éditeur de poésie à un poète en quête d’éditeur

Lettre d’un éditeur de poésie à un poète en quête d’éditeur - Louis Dubost

Poètes, vos papiers!
Note :

   Ce texte est devenu un classique et il convient de saluer sa réédition récente et augmentée.
   
    D’un côté, un éditeur de poésie submergé par l’envoi de nombreux manuscrits, cinq cents par an, alors qu’il en publie une douzaine pendant ce laps de temps. De l’autre, une cohorte d’apprentis-poètes en mal de reconnaissance et d’auteurs avertis à la recherche d’un éditeur de métier «qui tient à ce que les poètes qu’il publie aient un lectorat qui s’étende quelque peu au-delà du cercle affectueux de la famille résignée ».
   
   L’éditeur, il s’agit ici de Louis Dubost, qui dirige depuis plus de trente ans « Le Dé bleu » devenu « L’Idée bleue », un des éditeurs qui compte dans le paysage poétique actuel, découvreur de nombreuses plumes.
    Louis Dubost, bourguignon ayant émigré en Vendée, poète, lauréat du Prix Antonin-Artaud en 1982 pour La vie voilà (La Bartavelle) et auteur de nombreux autres recueils, au profil toujours précédé de sa pipe légendaire. Louis Dubost avec son franc-parler, une truculence et un humour que l’on retrouve dans l’écriture de cette sorte de bréviaire à mettre dans la main droite des apprentis-poètes, pour les conseils avertis qu’il renferme, pendant que, dans la main gauche, ils conserveront la Lettre à un jeune poète de Rainer Maria Rilke.
   Les auteurs confirmés gagneront à le lire eux aussi pour réviser leurs connaissances en matière d’édition et pour se délecter des réactions de certains déçus, mélange de bêtisier poétique et de remerciements trop humbles, dans l’espoir sans doute de se ménager les bonnes grâces de l’éditeur en vue de l’envoi d’un prochain chef-d’œuvre, « pratiques curieuses de tout un chacun qui, lorsqu’il aligne deux ou trois pages d’épanchements sentimentaux avec des mots qui font joli, se croit obligé d’en faire part à un éditeur ».
   
    Très utile et plein d’humour !
   
    À poser sur le rayon le plus accessible de sa bibliothèque.

critique par Bakounina




* * *