Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lames de fond de Tim Lott

Tim Lott
  Lames de fond

Lames de fond - Tim Lott

Condamné d'avance
Note :

   Charlie Buck est un beauf. Pas méchant au fond, ni vraiment sympa, il fait avec les cartes en sa possession et est étriqué dans tous ses horizons. En 1979, typographe au Times, il enchaîne grève sur grève et coule sa petite vie en location avec Maureen, son épouse de 10 ans sa cadette. Leur fils Robert est devenu adulte, galère un peu pour trouver du boulot, soutenu par Maman et déconsidéré par Papa. Mais les années passent vite, et déjà se profile 1984. Notre couple a investi dans une maison en banlieue, celle qui mettait les larmes aux yeux à Charlie avec sa pub tv aux ballons rouges.
   
   Robert s’est éloigné, Maureen a pris confiance en elle, un boulot de comptable à l’extérieur, et Charlie cherche de plus en plus l’évasion dans l’alcool. Margaret Thatcher change la donne de l’économie anglaise et l’introduction de nouvelles technologies entraîne de drastiques licenciements dans l’édition. Charlie ne veut pas que les choses changent. Mais que cela peut-il amener de rester immobile au centre du typhon ?
   
   Un roman assez dévastateur qui nous fait passer par de drôles de sentiments. On s’énerve, on fustige, on plaint, on encourage, on rit, on en viendrait presque à avoir de la peine. On retrouve ces personnages à l’anglaise, ce milieu social défavorisé plein de combines et de smog. Ca dérape, on le voit venir, et pourtant il ne faudrait pas grand-chose...
   
   Il y a de très belles scènes, très finement observées, le contrôle fiscal au salon de coiffure, la partie de cartes, la manifestation, mais le ton général est plombant. Plus qu’un roman sur la façon dont les chambardements politiques viennent bouleverser la vie des gens ordinaires dont nous parle la 4° de couv, j’ai trouvé qu’on y voyait surtout comment certains sont perdants dès le berceau.

critique par Cuné




* * *