Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les dimensions mortelles. Sherlock Holmes vs Cthulhu de Lois H. Gresh

Lois H. Gresh
  Les dimensions mortelles. Sherlock Holmes vs Cthulhu

Les dimensions mortelles. Sherlock Holmes vs Cthulhu - Lois H. Gresh

Grand Guignol
Note :

   Rien qu’en regardant la couverture, le lecteur sait où il met les yeux. Et cela ôte un peu le mystère de ce roman, dévoilant l’identité des protagonistes. Et en y regardant d’un peu plus près, on apprend qu’un volume 2, mettant en scène les mêmes personnages principaux, va paraître en octobre, ce même lecteur se dit que l’histoire n’est pas finie et qu’elle peut se prolonger indéfiniment.
   L’éternel combat du Bien contre le Mal.
   Alors faire autant de simagrées, imaginer autant de circonvolutions, d’énigmes, de cachotteries au départ, énerve quelque peu. Quand le fond du sujet va-t-il être enfin abordé ?
   
   Tout débute en octobre 1890, lorsque Sherlock apprend en lisant son journal favori, que quatre cadavres ont été découverts à Whitechapel dans un état de puzzle sanglant et macabre. Ou plutôt que les différents morceaux ont été rassemblés en une sorte de jeu de construction. Et trône parmi ces décombres une étrange sphère en os, percé d’un petit trou, à l’intérieur de laquelle sont gravés d’étranges symboles arcaniques. Parmi les défunts, le constructeur d’une machine bizarre entreposée dans un atelier délabré. Le fils de celui qui a monté cet ensemble de tuyaux, de morceaux de métal, de joints et de soufflets, apprend à Sherlock Holmes et Watson que cet engin à vapeur avait été financé par un personnage dont il ne connaît pas le nom. Et la machine prend de l’ampleur, comme si elle vivait et se gonflait, inspirait quelque produit délétère.
   
   Soudain la machine s’emballe, alors que passe un tramway à vapeur sur rails, et il semblerait bien qu’une corrélation soit à effectuer entre ce passage et le véhicule. Une explosion déchire les parages et ils n’ont que le temps de s’enfuir. Mais des passants ou habitants n’ont pas eu cette chance. Et Watson croit apercevoir sa femme Mary, son bébé dans les bras, avant d’être lui-même blessé.
   En sortant de son évanouissement, il est rassuré. Sa femme et son fils vont bien et s’ils étaient sur place, c’est parce que Mary avait reçu un message, signé de son nom, l’enjoignant de se rendre sur les lieux. En examinant cette missive Sherlock et son compère pensent qu’il s’agit de Moriarty qui leur aurait joué un tour à sa façon, une farce de fort mauvais goût.
   L’inspecteur Bentley et le professeur Fitzgerald sont au chevet de Watson avançant de nombreuses hypothèses.
   
   A Avebury, dans le Wiltshire, un ébéniste qui ne fabrique que des meubles spéciaux, mettant des années pour les confectionner à l’attention de riches acheteurs, est tué par un fauteuil transformé en machine infernale. Le fils de l’artisan génial en informe Sherlock et Watson, et ceux-ci se rendent sur place afin d’enquêter sur ces étranges événements qui se produisent quasi simultanément.
   Les meubles étaient conçus grâce à des plans provenant d’ancêtres les possédant depuis des siècles, des plans dessinés sur des parchemins de peau.
   
   Ce fort volume n’entre pas dans ce que l’on pourrait qualifier le Canon holmésien, mais de nombreux auteurs se sont largement démarqués depuis la parution des aventures de Sherlock pour s’en offusquer.
   Non, ce n’est pas là le bât qui blesse. Mais ce roman est lourd à digérer, verbeux, bavard, trop long avec trop de digressions, pour retenir mon attention. Plusieurs fois, j’ai décroché, le reprenant quelques jours plus tard, avançant péniblement dans ma lecture. Mais je dois avouer que je n’ai guère d’accointance aussi avec Cthulhu et les dieux imaginés par le Maître de Providence, même si ce monstre n’est que l’alibi (ou pas) de ce récit confus.
   Il s’agit d’un pastiche, certes, mais pas vraiment bourré d’humour. Plutôt d’horreur, et cette sorte de sensation ne m’attire guère. Un roman qui paraît s’adresser plus à un lectorat jeune, avide de sensations fortes, débridées, complexes, qu’à un vieux de la vieille (et de la veille) comme moi. Seul le passage concernant Watson s’inquiétant de la santé de sa famille m’a intéressé, et encore, comment croire qu’il soit si dépendant de Sherlock pour partir, avec remords certes, courir l’aventure. A moins que justement l’aventure soit sa drogue. Sherlock Holmes possède bien la sienne dont il use et abuse selon les cas.
   La fin toutefois est plus épique, franchement dirigée vers l’horreur et le terrifiant, dans une mise en scène grandiloquente qui confine à un épisode du Grand Guignol, et qui parfois fait sourire dans sa démesure.
   
   Dubitatif et pas vraiment convaincu par ce style, par cette histoire, mais ce n’est que mon opinion personnelle, que je partage volontiers, et à laquelle tout un chacun n’est pas obligé d’adhérer.

critique par Oncle Paul




* * *