Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Tour Sombre 6: Le chant de Susannah de Stephen King

Stephen King
  Marche ou crève
  Anatomie de l’Horreur
  La Tour Sombre 1: Le Pistolero
  La Tour Sombre 2: Les trois cartes
  La Tour Sombre 3 :. Terres perdues
  La Tour Sombre 4: Magie et Cristal
  La Tour Sombre 5: Les loups de la Calla
  La Tour Sombre 6: Le chant de Susannah
  La Tour Sombre 7: La Tour Sombre
  Ecriture - Mémoires d'un métier
  Histoire de Lisey
  Cellulaire
  Shining
  Simetierre
  Juste avant le crépuscule
  Charlie
  Running man
  Salem
  Dolores Claiborne
  Docteur Sleep
  Le Singe - Le Chenal
  Colorado Kid
  Mr Mercedes
  Carnets noirs
  L’année du loup-garou
  Gwendy et la Boîte à Boutons

Stephen Edwin King est un écrivain américain de thrillers, romans d'horreur et fantastiques, né en 1947 dans le Maine. Il a aussi publié sous les noms de John Swithen (une fois) et plus souvent de Richard Bachman.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La Tour Sombre 6: Le chant de Susannah - Stephen King

Fichtre !
Note :

   « La Tour Sombre » est une série de 7 romans que Stephen King commença à 22 ans et termina à 58 ans.
   Les sept titres sont présentés sur ce site.
   1. Le Pistolero (The Gunslinger, 1982)
   2. Les trois cartes (The Drawing of the Three, 1987)
   3. Terres perdues (The Waste Lands, 1991)
   4. Magie et Cristal (Wizard and Glass, 1997)
   5. Les Loups de la Calla (Wolves of the Calla, 2003)
   6. Le Chant de Susannah (Song of Susannah, 2004)
   7. La Tour Sombre (The Dark Tower, 2005)
   
   
   
   Fichtre ! Je sèche sur ce que je pourrais dire.... Je ne peux pas, même dans les grandes lignes, vous raconter quoi que ce soit, il faut le découvrir au fur et à mesure, sachez juste que des binômes de pistoleros vont être envoyés dans plusieurs époques, différents mondes, avec des missions différentes, le danger plane, s'alourdit, oppresse tout, on nous annonce de terribles pertes, on en souffre par avance... On approche du dénouement, c'est flippant...
   
   Il m’a bien fallu 200 pages pour me recouler dans l'histoire, trop de termes spécifiques au début, trop de temps écoulé depuis ma lecture du tome 5, comme une impression de "ça ne sonne pas juste tout ça"... Mais King l'alchimiste-hypnotiseur est toujours là, et à un moment il nous embarque, et de belle manière.
   
   Son incarnation en tant que personnage m'a d'abord dérangée, je ne pouvais m'empêcher d'y voir une forme de mégalomanie inadéquate, mais là encore il m'a eue, ses extraits du journal d'un écrivain en fin d'ouvrage ont rétabli le vertigineux jeu de son imagination inouïe... On est obligé de reposer tout ça, de se dire "bon on récapitule. Où est le roman, où est la réalité ?..." Et c'est extrêmement savoureux.
   
    Coup de théâtre final, du grand art.
   
   Un grand moment de rigolade aussi, avec la lettre (véridique, il en parle dans Ecriture aussi) d'un fan en réaction à la fin abrupte du 3° tome :
   Le 16 Novembre 1991
   Cher M. King,
   Ou bien devrais-je tout simplement opter pour un "cher Trouduc" ?
   Je peux pas croire que j'aie payé aussi cher pour une édition Donald Grant de votre épisode du PISTOLERO, Terres Perdues, pour avoir CA. Mais le titre était bien, parce que pour être perdu, vous vous êtes bien égaré.
   Je veux dire, l'histoire est pas mal, super même, mais comment vous avez pu nous coller une fin pareille ? C'est pas du tout une fin, on dirait juste que vous vous êtes dit "Oh et puis merde, je vais pas me décarcasser à leur fignoler une fin, ces ploucs qui achètent mes livres, ils goberont n'importe quoi".
   J'allais le renvoyer, mais finalement je vais le garder, parce qu'au moins j'ai aimé les illustrations (surtout celle d'Ote).
   Mais cette histoire, c'est de la triche.
   Vous savez épeler TRICHE, monsieur King ? M-O-N-C-U-L, voilà comment ça s'écrit.
   Avec mes critiques sincères,
   John T. S.
   Lawrence, Texas

critique par Cuné




* * *