Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un fruit amer de Nicolas Koch

Nicolas Koch
  Un fruit amer

Un fruit amer - Nicolas Koch

KKK en Alabama
Note :

   Wesley un journaliste d'un canard minable, sorte d'insecte nécrophage attiré par la merde, reçoit une lettre signée Meredith avec ces mots " je crois que je suis en danger. "
   
   La jeune femme est retrouvée tabassée, violée et abandonnée morte comme un pantin désarticulée. Ce qu'elle avait subi dépassait l'entendement, on s'était acharné sur elle, qu'avait-elle fait pour mériter tout cela ? Même si elle était loin de partager les valeurs de son père à la tête de la plus grosse entreprise du comté. Nous sommes en Alabama en 1963, là où naître trop noir sur une terre trop blanche est déjà un crime.
   Un roman réaliste qui évoque le racisme et la ségrégation raciale dans les états du sud de l'Amérique des années 60. Le Klan s'est reformé, le ver s'est réintroduit dans la pomme pour la faire pourrir de l'intérieur. Mais le jeu des groupes suprémacistes est plus subtil, refusant la violence directe, mais menant dans l'ombre des actions pour empêcher les noirs d'avoir un bon boulot, un prêt dans une banque ou accéder à une grande école.
   
   " C'était dans l'ordre des choses. Les Noirs bossent pour les Blancs. Pourquoi remettre en cause la volonté divine ? C'était écrit dans la Bible, à ce qu'on avait raconté à Michaël. "
   

   Nicolas Koch introduit habilement l'évènement, qui comme une étincelle va engendrer un incendie incontrôlable. Les loups vont ressortir du bois, la partie de chasse est ouverte.
   " Aujourd'hui, le KKK n'était plus qu'une somme de groupuscules épars. Un serpent coupé, mais peut-être plus dangereux encore, chaque morceau était venimeux. "
   

   J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, les dialogues percutants sonnent juste, les scènes sont parfois dures, mais collent au climat ambiant. Le rythme est toujours le même, aucune longueur, l'écriture est presque visuelle, j'ai eu l'impression de regarder un film.
   
   Nicolas Koch nous fait pénétrer à l'intérieur de cette organisation secrète, il décrit parfaitement le rôle de chacun, les notables, la police, les Américains moyens qui vivotent, certains mènent le combat, d'autres ne sont que des petites frappes, d'autres ferment les yeux pour protéger leurs intérêts. C'est aussi un ouvrage très documenté à la fois sur le Ku Klux Klan et sur les mouvements noirs portés par Martin Luther King.

critique par Y. Montmartin




* * *