Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

R comme: Hommes à la mer - A bord de l’Étoile Matutine de Riff Reb's

Riff Reb's
  R comme: Hommes à la mer - A bord de l’Étoile Matutine

R comme: Hommes à la mer - A bord de l’Étoile Matutine - Riff Reb's

Histoires de marins
Note :

   Deux albums qui font partie d'une trilogie consacrée à l’adaptation en bande dessinée de récits de mer. Hommes à la mer est un recueil de nouvelles de William Hope Hodgson, Pierre Mac Orlan, Marcel Schwob, Joseph Conrad, Edgar Allan Poe avec des extraits illustrés de grands auteurs. A bord de l’Étoile Matutine est une adaptation de Pierre Mac Orlan. Manque dans cet article, parce que je ne l'ai pas lu, Le loup des mers adapté de Jack London.
   
   Riff Reb's ce sont d'abord des gueules incroyables, des marins burinés, des fortes têtes. Ce sont aussi des planches monochromes, jaunes ou vertes ou bleues ou rouges ou grises. Deux histoires dans Hommes à la mer bénéficient d'une colorisation plus variée (noire et rouge et noire et jaune), La Chiourme de Mac Orlan et Les trois gabelous de Marcel Schwob. Le résultat est bluffant et enthousiasmant. Je ne suis pas un homme de la mer, je ne sais pas nager et ai le mal de mer -et vice-versa-, mais j'ai été captivé par ces histoires et le dessin de Riff Reb's. Dans Hommes à la mer, il ne se contente pas d'adapter, il change sa manière de dessiner les personnages à chaque nouvelle, un peu comme un écrivain qui changerait de style à chaque histoire, ce que j'aime beaucoup.
   
   A bord de l’Étoile Matutine est plus linéaire, mais quelle histoire ! Et encore une fois le dessinateur force le respect avec des cases incroyables, parfois muettes, et la description de la vie à bord d'un bateau de pirates. Je n'ai sans doute pas bien regardé dans les rayonnages de la bibliothèque, parce que je n'ai pas vu le troisième titre de la trilogie, mais dès que je le vois, je prends. Se priver d'un tel plaisir ce serait péché.

critique par Yv




* * *