Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le silence des canaux de Nadine Monfils

Nadine Monfils
  Les vacances d'un serial Killer
  La vieille qui voulait tuer le bon Dieu
  Le silence des canaux


Nadine Monfils est une écrivaine et réalisatrice belge, née en 1953.

Le silence des canaux - Nadine Monfils

Les enquêtes du commissaire Léon tome 4
Note :

   Pour une fois qu’il peut prendre des vacances, le commissaire Léon ne va pas se priver. Et tant pis si sa mère, la possessive et encombrante Ginette, n’est pas satisfaite. Elle n’est pas invitée au voyage en péniche sur le canal de l’Ourcq tandis que Babelutte, son chien, va lui tenir compagnie.
   
   Mais même les promenades sur un canal calme en apparence peuvent réserver des surprises. Et cette balade aquatique ne sera pas de tout repos pour le commissaire Léon qui sera forcé de travailler malgré lui et d’embaucher ses adjoints. Toutefois cela ne l’empêchera pas de continuer ses tribulations.
   
   Au départ, tout va bien. Le commissaire Léon se repose les oreilles, n’entend plus les récriminations et les jérémiades maternelles. Parti de Paris à bord du Bateau d’Emile, le commissaire Léon bifurque à Sevran, muni des papiers nécessaires et de la clé adéquate qui permet d’ouvrir les écluses sans pour autant écluser.
   Ne voilà-t-il pas que ce ballot de Babelutte balance sa bottine en caoutchouc, son jouet préféré, à la baille, et le commissaire n’écoutant que son bon cœur et son courage se dépêche d’essayer de la récupérer. Il remonte à l’aide d’une gaffe par la même occasion une touffe d’algue de couleur rougeâtre. Ce sont des cheveux appartenant à une jeune fille rousse qui ne pourra plus se plaindre de son indéfrisable fichue car elle est morte. Et si son visage n’exprime aucun mécontentement, c’est parce que justement elle n’a plus de visage.
   Le néo-batelier en informe sa mère et ses adjoints, Bornéo et Pinchon qui se dépêchent de se rendre sur place. C’est l’émoi au café chez Jeannot, le bar attitré du commissaire, les consommateurs habituels lisant les informations, dans leur canard préféré, concernant ce repêchage exceptionnel. Les langues parlent, déjà déliées par les boissons ingurgitées. Et ils auront d’autres trouvailles à se mettre sous les yeux et à commenter car d’autres sans visages mais pas sans dents seront découverts comme s’il s’agissait d’une course aux trésors pour le commissaire qui commence à se dire qu’il fait le plein de cadavres.
   Le commissaire Léon va trouver également une gamine, un ancien condisciple de bahut, et sa femme, et faire la connaissance d’autres personnages de plus ou moins bonne fréquentation.
   
   Alors sans m’esclaffer, ni hoqueter, comme déclare l’avoir fait Gérard Collard le libraire à la coiffure pseudo tintinesque, j’ai souvent souri en lisant ces tribulations nautiques.
   De très nombreux personnages atypiques évoluent dans cette intrigue rose et noire, mais le plus émouvant est bien cette petite Aurélie. La gamine qui vit chez sa grand-mère dans une cabane, pas au fond du jardin mais du bois, est mutique. Elle implore souvent sa mère décédée et quand elle parle, c’est celle-ci qui s’exprime par la bouche de la petite fille.
   Entre délire et émotion, Nadine Monfils joue avec le lecteur, dans une intrigue débridée. Je suppose qu’elle s’est autant amusée à écrire cette nouvelle aventure du commissaire Léon, que le lecteur prend plaisir à la lire. D’ailleurs, outre quelques références cinématographiques, elle invite quelques-uns de ses confrères à participer, les intégrant avec subtilité. Notamment un certain Thierry et un certain Mouloud, que les lecteurs avertis ne manqueront pas de reconnaître.
   
   "L’imagination est une carte postale que l’on s’envoie à soi-même."

critique par Oncle Paul




* * *