Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le train zéro de Iouri Bouïda

Iouri Bouïda
  Potemkine ou le troisième cœur
  Le train zéro

Iouri Vassilievitch Bouïda est un écrivain russe né en 1954.

Le train zéro - Iouri Bouïda

Parabole soviétique
Note :

   Chaque jour le train zéro, un train de cent wagons, deux locomotives devant, deux locomotives derrière, passe sans s'arrêter devant la gare n° 9, sur cette voie particulière, la Ligne, qui semble mener nulle part. Du moins on ne sait pas. Micha serait allé explorer vers le terminus, il aurait eu l'intention de mettre ça par écrit dans un cahier. Et puis il a disparu. Sans doute a-t-il été arrêté. Alors Ivan Ardabiev, ou si vous préférez Vania, a reçu l'ordre de prendre sa place comme chef de gare. C'était il y a longtemps déjà.
   
   La figure principale est donc celle d'Ardabiev, on l'appelait aussi Don Domino, parce qu'il passait des heures à jouer aux dominos du temps — lointain — où il y avait un important personnel sur la Ligne, des mécaniciens notamment. Ils sont tous partis. Et maintenant c'est Fira la télégraphiste qui s'en va, son fils Igor est venue la chercher en camion. Les Juifs s'en vont ! cria alors Vania, ajoutant il n'y a que des idiots comme nous pour rester et puis la partie est finie. Nous, c'était seulement sa femme Goussia et lui Vania. Et Vania, justement, il songe à toutes ces années, aux femmes qu'il a connues, Goussia, Alliona, Fira, sans compter les prostituées des gares de la Ligne.
   
   Et il repense aussi au colonel dont il s'est débarrassé une nuit parce qu'il s'intéressait de trop près à Fira, seule après la disparition de Micha Landau, qu'elle avait peut-être dénoncé. Cette Alliona — devenue la maîtresse d'Ardabiev après Fira — avait surgi un jour. D'où venait-elle ? On l'ignore. Elle cherchait sa mère. Elle disait que le train sans fenêtres transportait des gens. Étaient-ce des déportés convoyés jusqu'à un quelconque camp du goulag au fin fond des steppes ? Peut-être. À moins qu'un si long train ait seulement transporté du minerai. Que de mystères dans cette histoire...
   
   On a donc tout ici d'un roman symbolique, et en même temps ancré dans une certaine réalité russo-soviétique aux relents de chou et de vodka. Le colonel, élégant officier roux aux yeux bleus, que le NKVD (la police politique d'avant le KGB) a missionné pour surveiller la Ligne, offre des fleurs aux putains : elles appartiennent au même service. Et Rosa-du-froid : rapportait au colonel jusqu'aux pensées les plus intimes des chauffeurs et des mécaniciens. Quant à Ardabiev, il a été élevé dans un orphelinat en tant que fils d'ennemis du peuple. Quand il avait dix ans, son père, tchékiste, avait tué sa mère avant de se suicider. De multiples indications, comme la mention du Guide, font ainsi référence à l'époque stalinienne. Il paraît donc logique de lire ce bref roman comme une légende noire de l'Union soviétique, s'épuisant en une quarantaine d'années après sa victoire — résumée dans une allusion aux tanks en flamme devant Berlin. Quarante ans, c'est justement le temps passé par Ivan, Fira et les autres à trimer le long de cette voie ferrée sans issue. Le destin du pays et le destin du héros sont intimement liés. Mais il n'est pas interdit d'interpréter simplement cette œuvre d'Iouri Bouïda comme une image forte de la tragédie humaine.

critique par Mapero




* * *