Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Tour Sombre 1: Le Pistolero de Stephen King

Stephen King
  Marche ou crève
  Anatomie de l’Horreur
  La Tour Sombre 1: Le Pistolero
  La Tour Sombre 2: Les trois cartes
  La Tour Sombre 3 :. Terres perdues
  La Tour Sombre 4: Magie et Cristal
  La Tour Sombre 5: Les loups de la Calla
  La Tour Sombre 6: Le chant de Susannah
  La Tour Sombre 7: La Tour Sombre
  Ecriture - Mémoires d'un métier
  Histoire de Lisey
  Cellulaire
  Shining
  Simetierre
  Juste avant le crépuscule
  Charlie
  Running man
  Salem
  Dolores Claiborne
  Docteur Sleep
  Le Singe - Le Chenal
  Colorado Kid
  Mr Mercedes
  Carnets noirs
  L’année du loup-garou
  Gwendy et la Boîte à Boutons

Stephen Edwin King est un écrivain américain de thrillers, romans d'horreur et fantastiques, né en 1947 dans le Maine. Il a aussi publié sous les noms de John Swithen (une fois) et plus souvent de Richard Bachman.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La Tour Sombre 1: Le Pistolero - Stephen King

Ma série préférée
Note :

   « La Tour sombre » est une série de 7 romans que Stephen King commença à 22 ans et termina à 58 ans.
   Les sept titres sont présentés sur ce site.
   1. Le Pistolero (The Gunslinger, 1982)
   2. Les trois cartes (The Drawing of the Three, 1987)
   3. Terres perdues (The Waste Lands, 1991)
   4. Magie et Cristal (Wizard and Glass, 1997)
   5. Les Loups de la Calla (Wolves of the Calla, 2003)
   6. Le Chant de Susannah (Song of Susannah, 2004)
   7. La Tour Sombre (The Dark Tower, 2005)
   
   Les débuts
   Il s'agit ici de la nouvelle traduction, texte remanié par l'auteur après avoir achevé la série en entier.
   
   Alors donc me voici lancée dans la fameuse série La Tour Sombre, dont Stephen King dit qu'elle est l'œuvre de sa vie. En préface il nous parle d'ailleurs de courriers qu'il reçoit à son sujet, par exemple une vieille dame très âgée et sur le point de mourir qui le suppliait de lui révéler la fin... Mais à l'époque il ne l'avait pas encore écrite !...
   
   Difficile en fait de se faire une idée après ce seul premier tome. On rencontre le Pistolero, il marche dans un désert derrière l'Homme en noir; sur son chemin il fait quelques rencontres, à l'occasion desquelles il livre un peu de son passé, nous permettant peu à peu de discerner un sens. Mais il est encore ténu et fragile.
   
   Le tome s'achève sur une nuit qui dure 10 ans, à l'aube de la quête de La Tour Sombre, pilier des univers...
   ↓

critique par Cuné




* * *



Un curieux mélange
Note :

   L'histoire:
   Un pistolero poursuit dans un désert sans nom l'homme en noir tout en cherchant la Tour Sombre...
   
   
   Ce premier tome de la saga "La tour sombre " a été écrit sur une période de 12 ans par son auteur Stephen King. Il a en effet commencé cette épopée en 1970 alors qu'il était encore étudiant à l'Université du Maine. Il a entre temps écrit d'autres romans qui devaient le rendre célèbre dans le monde entier. Mais toujours dans sa tête avait-il l'idée d'écrire cette longue épopée dont "Le pistolero " est le premier tome.
   
   En fait nous retrouvons dans ce livre une partie western avec le pistolero et sa poursuite, une partie fantasy avec le passé du héros et bien sûr une partie ayant trait au Fantastique avec l'homme en noir. C'est un curieux mélange qui fait toute la richesse et l'originalité de ce livre.
   
   Je ne dévoilerai pas les cinq parties de ce livre pour préserver au lecteur la surprise de ce roman singulier mais qu'il sache qu'il s'embarque pour un voyage extraordinaire, éprouvant pour ces héros, qui peut parfois faire un peu peur mais qui donne toujours envie de continuer de cheminer avec le pistolero malgré les péripéties qu'il rencontre; plutôt que de parler de péripéties, je devrais parler d'aventures où Stephen King déploie son immense et fertile imaginaire.
   
   D'ailleurs, la langue de l'auteur est différente que dans ces livres de suspense où il n'y a pas un mot de trop. Là, le verbe se fait parfois plus riche et ancien, ce qui peut dérouter de prime abord mais qui convient bien au ton particulier du livre.
   
   Ce livre est générateur d'images et de moments qui devraient m'accompagner longtemps. Dans la postface du roman, l'auteur avoue qu'il ne sait pas encore où va le conduire ce livre mais au fond de lui, il le sait; et moi je sais que j'ai le tome 2 de "La tour sombre " sur mon bureau et que je m'en vais continuer un si étrange voyage...

critique par L'habitué




* * *