Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Merveilleuse Plante de William Goyen

William Goyen
  Merveilleuse Plante

Merveilleuse Plante - William Goyen

conte végétal
Note :

   Quatrième de couverture:
   « Désenchanté, neurasthénique, Tony Sepulveda s'est réfugié dans un studio où il rumine sa solitude, en tête-à-tête avec une mystérieuse plante. Soudain, du feuillage, il voit surgir un couple tiré à quatre épingles. Henry et Polly Cramoisi -deux êtres minuscules- ont un heureux événement à lui annoncer: Mme Cramoisi est enceinte... »
   
   
   La lecture apparaît pleine de promesses au vu de cet aperçu donné par l'éditeur: originalité, verve et un poil de mystère.
   
   Le roman commence ainsi : « Cet hiver-là où Tony Sepulveda était si malheureux et déprimé, un ami lui apporta une plante vivace et, comme possédé, il fut bientôt incapable d'en détacher les yeux. »
   
   William Goyen donne les caractéristiques de la plante qui devient très vite «Merveilleuse Plante»: elle pousse les mois d'hiver et vit au ralenti en été.
   Tony Sepulveda ne supporte plus l'éternel été de la côte californienne et ne souhaite qu'une chose: l'alternance des saisons!
   
   Il fait rapidement connaissance avec les minuscules habitants de Merveilleuse Plante, notamment Mr et Mme Cramoisi qui vont se mettre en quatre pour le dérider et lui remonter le moral. Tony rencontre des personnages hauts en couleur tels que Ver de Terre, à mourir de rire dans ses tenues plus extravagantes les unes que les autres, les coccinelles jumelles, Charlène et Gisella, qui se chamaillent sans cesse, Adèle l'araignée aux pattes de fée, la troupe de l'Ordre des Braves Bêtes qui excelle dans les figures extraordinaires, Coupe Coupe l'abominable ver blanc qui croque tout sur son passage (son procès est un moment sublime), sans compter Criquet Cru, le chanteur invisible, et le docteur Taupe, le philosophe zen de Merveilleuse Plante.
   
   Tout ce petit monde est la fantasmagorie du biotope de Merveilleuse Plante: les utiles et les nuisibles intimement liés au développement et au cycle de la plante. Ce n'est pas Gulliver chez les Lilliputiens, mais un très agréable conte autour du cycle du monde végétal.
   
   Disparaître pour mieux se régénérer, le mythe de Perséphone passant six mois, où la terre est cultivée, avec sa mère Déméter avant de retourner aux Enfers vivre avec Hadès son époux.
   
   « Merveilleuse Plante » est peut être, aussi, une parabole de la vie artistique: des idées à profusions arrivant après une période d'imagination en berne. La luxuriance de l'imaginaire pendant de la dépression angoissante du manque d'inspiration... situations que doit connaître tout artiste à un moment donné de sa carrière.
   
   Un court roman de William Goyen à lire lors d'un après-midi ensoleillé, sous un arbre, ou par épisodes dans la tranquillité du Petit Coin! Quel que soit l'endroit, on est enchanté et charmé de sa lecture... et on regarde ses plantes d'un autre oeil, au cas où de petits êtres pointeraient le bout de leur nez!

critique par Chatperlipopette




* * *