Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'étincelle de Karine Reysset

Karine Reysset
  Comme une mère
  Ados: Un automne à Kyoto
  Les yeux au ciel
  La Fille sur la photo
  L'étincelle

Karine Reysset est une romancière française née en 1974.

L'étincelle - Karine Reysset

Rien de neuf sous le soleil
Note :

   Coralie est une jeune fille effacée, tourmentée, souffrant d'un manque de tendresse, d'amour.
   "J'avais toujours été celle dont on ne remarquait pas l'absence."

   La séparation de ses parents l'a ébranlée. Et cependant, au fond d'elle-même, elle le sent, couve un grand feu. Elle sait qu'un jour il va éclater. À l'intérieur, sous des couches d'ennui et de timidité, une tornade s'apprête à tout emporter avec elle. L'invitation de son amie Soline à passer quatre semaines en Dordogne va être l'étincelle qui va tout embraser.
   Vingt-cinq ans plus tard, mariée, mère de famille Coralie se souvient de cet été où elle a entamé sa mue, où elle est enfin sortie de sa chrysalide.
   
   Karine Reysset sait parfaitement nous raconter le cataclysme subi par une jeune fille lors d'un été brûlant où tous les interdits sautent. Une pause estivale où amis et famille se croisent où les arrivées succèdent aux départs, amusez-vous, tel est le mot d'ordre, alors tout le monde se lâche, l'alcool coule à flots, les joints circulent de main en main, chacun couche avec qui bon lui semble. le sujet de ce roman n'est pas original et bon nombre de films ont repris ce thème des vacances entre amis où sexe, alcool et substances illicites sont le quotidien.
   Rien de bien nouveau donc, l'auteur essaye bien de relancer son récit par la disparition d'une fillette dans le camping voisin, pas de quoi passionner le lecteur. Alors on essaye le coup du chassé-croisé amoureux sous forme de trio sexuel un garçon, deux filles, mais là aussi rien de bien passionnant. Vous l'aurez compris ce roman ne m'a pas passionné, même si la qualité de l'écriture n'est pas en cause.

critique par Y. Montmartin




* * *