Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Je rêvais de changer le monde de Marek Halter

Marek Halter
  L’inconnue de Birobidjan
  Je rêvais de changer le monde

Marek Halter est un écrivain français. Né en 1936 à Varsovie, il a été naturalisé français en 1980.

Je rêvais de changer le monde - Marek Halter

De 1936 à nos jours
Note :

   Né à Varsovie en 1936, juste avant le tremblement de terre qui va lui arracher ses racines avec pour unique projet survivre, Marek Halter revient dans ce livre sur sa vie. Dès le début, il s'interroge : " Je me demande si le lecteur arrivera à me suivre. " Et effectivement parfois je me suis perdu dans son récit tant il y a de rencontres, de moments historiques.
   
   Peintre devenu écrivain à 40 ans, Marek a été de toutes les luttes, de tous les combats. Infatigable pèlerin de la paix entre Juifs et Palestiniens, sa vie ne sera faite que de mobilisations, de manifestations, d'indignations. On le retrouve partout où les droits de l'homme sont bafoués, que ce soit pour libérer un dissident emprisonné ou dénoncer les enfants africains qui meurent de faim. Marek Halter est avant tout un homme de dialogue.
   " Parler avec ses amis est facile, disais-je, il faut apprendre à parler avec ses ennemis. "
   
   " Un jour à la télévision le journaliste Jacques Chancel me posa la question piège : êtes-vous prêt à parler avec tout le monde ?
   –Oui !
   - Et Hitler ? Si Hitler vous avait proposé une rencontre, vous l'auriez acceptée ?
   - Je n'aurais pas hésité une seconde. Mais, justement Hitler aurait préféré, plutôt que de m'inviter, me voir sous la forme d'une petite savonnette. "
   

   Au détour des pages, le lecteur croise Yves Montand, l'abbé Pierre, Sartre, Marguerite Duras, Simone Veil, Soljenitsyne, le sculpteur César Chagall, Aragon, Golda Meir, Nasser, Arafat et bien d'autres encore, artistes, intellectuels, hommes d'État. À chaque fois, Marek Halter nous dresse un portrait précis de son interlocuteur. Et puis la mort qui rôde, les amis qui disparaissent frappés par la maladie ou par le fanatisme, la fin douloureuse de Clara sa compagne de lutte.
   " J'ai toujours vécu comme si je devais mourir le lendemain. Mais, maintenant que la mort rôde tout près de moi, menace un être qui, à force, est devenu mon double, ce lendemain est de plus en plus présent. Angoissant. "
   

   L'auteur a toujours voulu être reconnu, être aimé, séducteur sans aucun doute, il aime les femmes et leur reconnaît un rôle primordial.
   " Personnellement, j'ai trouvé des oreilles plus attentives auprès de mes interlocutrices qu'auprès de mes interlocuteurs. Ce n'est pas parce qu'elles n'ont rien à dire, mais parce qu'elles ont compris, mieux que les hommes que, pour être entendu, il faut savoir écouter. "
   

   Difficile de résumer ce livre de mémoires, tant la vie de Marek Halter a été riche, c'est l'Histoire qui se déroule de 1936 à nos jours, si Marek Halter rêve de changer le monde, autant le dire il y a encore beaucoup de travail !
   
   Tout au long de ces 572 pages, je ne me suis jamais ennuyé tant Marek Halter reste un formidable conteur. le seul bémol peut-être une propension à se mettre en avant, à toujours vouloir avoir le beau rôle.
   
   " La mémoire n'est pas l'Histoire. le temps polit les événements, comme la mer les galets. "

critique par Y. Montmartin




* * *