Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les particules et les menteurs de Samuel Sutra

Samuel Sutra
  Kind of black
  Le bazar et la nécessité
  La bonne, la brute et la truande
  Akhänguetnö et sa bande
  La mort dans les veines
  Les deux coups de minuit
  Le pire du milieu - Tonton et ses chinoiseries
  Les particules et les menteurs

Samuel Sutra est un auteur français né en 1974.

Les particules et les menteurs - Samuel Sutra

Tonton, l'art et la manière
Note :

   Ruffy, vous connaissez ? Ruffy, peintre obscur du début du siècle dernier a peint deux toiles presque identiques, sauf une. Celle-ci est très recherchée, notamment par David Chicaude prêt à payer une fortune pour se la procurer. Tonton sait où est la toile. Le problème, c'est que pour en devenir très momentanément l'heureux propriétaire, il doit la subtiliser à une famille d'aristocrates, et c'est Gérard qui devra se faire passer pour un particulé pour préparer le terrain au reste de l'équipe. Autant dire mission impossible, Gérard chez les aristos c'est comme... non franchement, je ne vois pas d'image c'est simplement inimaginable.
   
   Tome 2 des -excellentes- aventures de Tonton et sa bande ; vous reporter à mon précédent billet* pour comprendre pourquoi je lis le 2 maintenant alors que j'ai déjà lu le 6 et tous les autres. C'est dans ce volume que l'on fait connaissance avec Donatienne de Gayrlasse qui deviendra la bonne de Tonton, et hop, l'équipe est complète.
   
   Plonger Tonton et sa bande dans le monde délicat et feutré de l'aristocratie, mais quelle mouche a piqué Samuel Sutra ? Bon, pour la mouche, je ne sais pas mais elle devait avoir de lourds antécédents. Par contre, le monde délicat et feutré vole en éclat et s'il n'adopte pas les mêmes codes que celui de la truande on ne peut pas dire qu'il soit plus glorieux, par exemple, la description de Donatienne : "La dame, d'une cinquantaine bien secouée, mais à la mise impeccable, aux souvenirs de Tonton, était la riche descendante d'une longue lignée de militaires qui s'étaient transmis le sang bleu de génération en génération, à grands coups de consanguinité. L'arbre généalogique devait compter certaines branches ayant donné plus de fruits que de noyaux. Lignée remontant, à ce que l'on disait, à des temps forts reculés, où l'on se battait à mains nues et à pied, le cheval n'ayant pas encore été inventé." (p.9)
   

   Que dire que je n'aurais pas dit sur un roman avec Tonton ? C'est difficile tant à chaque fois, je me régale, je me marre, j'apprends de nouvelles tournures d'argot que je suis bien incapable de retenir, non pas que je soye coincé et que je répugne à user de vocables un rien familier voire pire, mais tout simplement parce que je ne les retiens pas. Il m'a fallu des visionnages et des visionnages des Tontons flingueurs (pas cités innocemment, bien entendu) pour en retenir quelques mots et pareil pour les excellents OSS 117 (mais là, il n'y a pas trop de rapport sinon que j'aime). L'autre référence, hors Audiard, Dard et Lautner, et qui est notée dans la très courte biographie de l'auteur en fin de volume est Alexandre Astier et son Kaamelott, et c'est vrai que le langage pratiqué par l'un et par l'autre se ressemblent ou du moins procurent le même plaisir. Visualisez cette scène : Gérard qu'on pourrait aisément qualifier d'abutyrotomofilogène -mot trouvé sur divers sites et qui signifie "qui n'a pas inventé le fil à couper le beurre", il y en a tout plein de mots comme ça rares, inventés, oubliés, désuets, c'est marrant à replacer dans un papier-, donc Gérard entre dans un bar gay -déjà c'est dur à imaginer- à la recherche de sa cible et demande :
   "- Je cherche un mec, avoua-t-il.
   Le serveur le dévisagea, parcourant la piste des yeux comme pour vérifier la nature de l'endroit.
   - Tu déconnes ? Tu rentres dans un bar gay et tu cherches un mec ? T'es du genre à bouffer quand t'as faim, ma grande. Ça me chavire, les gars comme toi. Le mystère... L'imprévu..." (p.102)
   

   Moi aussi, ça me chavire, si vous ça ne vous fait rien, je ne peux rien pour vous si ce n'est vous prescrire une dose maximale de Tonton pour vous dérider, maintenant qu'ils sont tous parus chez Flamant noir, commencez par le numéro 1, puis le 2, etc etc... Si au contraire vous aussi ça vous chavire, eh bien, commencez par le 1, le 2 etc etc...
   
   * Le pire du milieu

critique par Yv




* * *