Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Soif de Amélie Nothomb

Amélie Nothomb
  Les combustibles
  Cosmétique de l'ennemi
  Les Catilinaires
  Robert des noms propres
  Antechrista
  Stupeur et tremblements
  Journal d’Hirondelle
  Acide Sulfurique
  Mercure
  Le sabotage amoureux
  Métaphysique des tubes
  Ni d’Eve ni d’Adam
  Le fait du Prince
  Une forme de vie
  Tuer le père
  Hygiène de l'assassin
  Le mystère par excellence
  Barbe bleue
  Attentat
  La nostalgie heureuse
  Pétronille
  Le voyage d’hiver
  Biographie de la faim
  Le crime du comte Neville
  Frappe-toi le cœur
  Riquet à la houppe
  Soif

Amélie Nothomb est le nom de plume de Fabienne-Claire Nothomb, écrivaine belge francophone née en 1966 à Bruxelles. Fille d'ambassadeur, elle a passé son enfance en Asie et aux Etats Unis.
Auteur prolifique, elle a écrit de nombreux romans (traditionnellement un par an).

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Soif - Amélie Nothomb

Dans la peau de Jésus
Note :

   Rentrée littéraire 2019
   
   "Récapitulons : petite je voulais devenir Dieu. Très vite, je compris que c’était trop demander et je mis un peu d’eau bénite dans mon vin de messe : je serais Jésus".
   
   Déjà, dans Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb révélait sa proximité avec le fils de Dieu dont elle prétendait comprendre la révolte. Rien de surprenant à ce qu’elle approfondisse cette thématique dans ce nouveau roman en se glissant "dans la peau" de Jésus qui raconte ses derniers moments, de son procès à sa résurrection. L’auteure lui prête le parler commun, voire familier, lorsqu’il fait "un ultime pipi dans un coin de sa geôle" — par exemple.
   
   Mais elle insère parfois des propos philosophiques et des considérations étymologiques. Si Amélie Nothomb revisite l’histoire sainte et remet parfois en question la narration des évangélistes, c’est pour dévoiler ce que fut en réalité Jésus : juste un simple homme qui ne s’est jamais voulu fondateur d’une religion. Elle ouvre ainsi à une réflexion sur la condition humaine, sur sa force, le corps — qui nous fait ressentir l’amour, la soif , la mort —, et sur sa faiblesse, le mal.
   
   Comment Jésus a-t-il pu accepter sa crucifixion ? Incompréhensible autant qu’invraisemblable pour la romancière. En fait, ce sacrifice horrible résulte d’une erreur de Dieu qui a inventé le corps sans en connaître les conséquences, n’étant pas Lui-même incarné. Or "avoir un corps c’est ce qui peut arriver de mieux" selon Jésus, c’est éprouver sensations et sentiments, c’est être un humain avec ses défauts et ses colères, comme à l’égard des marchands du Temple : "Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger" s’écrie le fils. Lui imposer par ignorance cette "souffrance incroyable" sur la croix c’est le scandale absolu pour Amélie Nothomb ! "Mon supplice ne sert à rien" clame Jésus. Sa "mission" a été "une croyance idiote" et "la plus grande des fautes" : "je croyais à la possibilité de changer l’homme. On a vu ce que cela a donné. Il ne faut rien connaître à rien pour croire que l’on peut changer quelqu’un". L’humanité n’est pas rédimable. Pourquoi avoir accepté ? "par inconscience et par haine de soi" plus que par soumission au père.
   
   Jésus conteste l’impératif "Aime ton prochain comme toi-même", fallacieux et irréalisable à hauteur d’homme. Au pied du Golgotha c’est Jésus qui a besoin de pardon, non l’humanité qu’il a, malgré lui, induite en erreur. Ni omniscient, ni parfait il a connu l’amour, le "coup de foudre" pour Marie-Madeleine. Encore présente au pied de la croix, elle est son "gobelet d’eau", sa "transe mystique" ; l’amour qu’il éprouve pour cette gorgée d’eau, c’est Dieu. "Je suis venu pour enseigner cet élan" clame Jésus ; avoir toujours soif, c’est l’amour, c’est la foi, c’est "croire" au sens intransitif des termes. Car "la foi est une attitude et non un contrat", une certitude intérieure, une force qui n’attend rien en échange : le Jésus d'Amélie Nothomb exhorte à la "positive attitude" face à la vie.
   
   La romancière revisite certains moments forts des dernières heures de Jésus, on retrouve Simon de Cyrène et Véronique. Elle prend à partie au passage le Dieu "orgueilleux" hypocrite et "susceptible" du Christianisme "Tu t’offusqueras que les hommes des antipodes ou d’à côté vivent la verticalité de diverses façons ? Avec parfois des sacrifices humains que tu auras le culot de trouver barbares !" ainsi ose parler le fils devenu rebelle. Du fond de son "épreuve cruciale" — terrible jeu de mot macabre que l’auteur affectionne — Jésus envisage les conséquences de son humiliation publique. Cette crucifixion censée "montrer jusqu’où on pouvait aller par amour" est une idée nuisible car elle suscitera bien des martyrs. En revanche, elle inspirera nombre de tableaux dont Jésus apprécie par avance "la justesse du regard des artistes". En Mater Dolorosa ou en Pietà, toutes les descentes de croix rendront hommage à l’amour maternel.
   
   Comment croire à un Dieu d’amour face à Jésus sanglant ? Le père a fauté ; lui non plus n’était pas omniscient. Car s’il est amour, Jésus, lui, aime. Dieu ne peut pas aimer car "pour éprouver la soif, il faut être vivant". Amélie Nothomb dépouille le Christianisme de ses élucubrations pour lui donner une dimension terriblement humaine. Selon elle, nous sommes tous Jésus.
    ↓

critique par Kate




* * *



Une lecture éphémère
Note :

   Jésus ou les derniers jours de sa vie racontés par notre Amélie quasi nationale dans une Soif sympathique qui s'inscrit naturellement dans l’œuvre de cette romancière prolifique.
   
   J'ai lu Soif en septembre 2019, j'ai bien apprécié cette lecture mais clairement, comme beaucoup d'ouvrages d'Amélie Nothomb, il souffre de l'épreuve du temps. Je retiens de cette histoire son côté people avec l'affirmation de la relation amoureuse entre Jésus et Marie-Madeleine, les états d'âme du Messie chrétien. Je loue réellement la capacité d'Amélie Nothomb à nous restituer Jésus comme être humain, à le doter de sentiments, d'expressions, à le sortir de son mythe, à lui rendre son humanité. C'est vraiment la qualité première de Soif, celle qui à mon avis justifie parfaitement sa très belle ascension dans la liste des sélections du Goncourt 2019. Et c'est mérité et indiscutable mais ce ne fut pas suffisant pour obtenir le Saint Graal (et d'un autre côté, j'aurais bien vu d'autres bouquins l'obtenir avant Soif).
   
   Comme toujours avec Amélie Nothomb, ce roman se lit vite et s'adresse à tout le monde : elle doit sa large audience qu'à elle-même et à son talent littéraire - être accessible et courageuse n'est pas donné à tout le monde-.
   
   Mais, depuis plusieurs romans maintenant (et ce n'est pas faute de lui laisser à chaque fois sa chance car j'éprouve une réelle affection pour cette écrivaine intelligente, sympathique et humble), il m'en faut plus et je pense que le fait qu'elle publie tous les ans sans laisser le temps de la décantation de son dernier-né littéraire explique que le contenu soit si peu étoffé, que les personnages soient si peu marqués (excepté Jésus en guest star), que les scènes ne restent pas dans mon cerveau, que je referme ses bouquins en marmonnant à la Lelouch, "tout cela pour cela" (oui, je sais faire ma ronchonne). Et l'autrice le dit bien et avec sincérité : elle n'en voit pas l'intérêt, explique avoir tout dit sans éprouver la nécessité de revenir sur le "premier jet". Et je me dis qu'à force de publier des écrits qui ne durent pas, je doute de la capacité d'Amélie Nothomb à créer à nouveau des romans aussi prenants que Hygiène de l'assassin et Les catilinaires (pour le côté création romancée) ou bien Le sabotage amoureux, Métaphysique des tubes ou Stupeur et tremblements (pour le côté autofiction), dans lesquels on a le sentiment d'avoir appris/retenu quelque chose après la lecture.
   
   En résumé : Soif est un roman idéal entre deux lectures bien pesantes ou deux pavés qui prennent bien la tête. Avec Soif, on ne risque rien, juste le plaisir instantané d'une lecture éphémère.

critique par Philisine Cave




* * *