Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bird Box de Josh Malerman

Josh Malerman
  Bird Box

Bird Box - Josh Malerman

Attention, page-turner...
Note :

   A l’instar d’un Mathias Malzieu, écrivain et leader de Dionysos, Josh Malerman est le leader de "The High Strung", groupe de rock américain, et Bird Box est son premier roman. Tous deux d’ailleurs tirent dans des catégories similaires, aux frontières du fantastique et de l’anticipation.
   Et pour un premier roman... c’est un sacré roman, du genre "vous rentrez dedans et vous n’en sortez plus qu’à la fin" avec la sensation d’avoir retenu votre souffle tout du long !
   
   "C’était jadis une agréable maison dans une banlieue agréable de Detroit. Une maison familiale, sûre. Cinq ans plus tôt, un agent immobilier n’aurait guère eu de mal à la vendre. Mais désormais, ses fenêtres sont recouvertes de carton et de bois. Il n’y a plus d’eau courante – un grand seau en bois trône sur le plan de travail de la cuisine. Elle sent le renfermé. Aucun jouet en plastique ne traîne dans les couloirs – des morceaux d’une chaise en bois ont été taillés au couteau pour faire office de figurines de fortune, au visage peint à la va-vite. Les placards sont vides, les murs dénués de toute peinture. Des fils courent sous la porte de derrière jusqu’aux chambres du rez-de-chaussée, où les amplificateurs alertent Malorie et les enfants du moindre son en provenance de l’extérieur. Voilà comment tous trois vivent leur existence. Ils ne sortent jamais très longtemps. Et toujours les yeux bandés."
   

   Et toujours les yeux bandés...
   
   Malorie. Ses enfants ; le Garçon, la Fille. Et un monde devenu incontrôlé où il s’avèrerait que quelque chose rôde dehors, dont la simple vision fait que quiconque voit, s’élimine, se tue, s’extermine. On ne sait pas de quoi il s’agit. La seule prévention possible est de ne pas regarder dehors, donc obstruer les fenêtres, et sortir... les yeux bandés. Une vie de rêve, comme on nous en promet toujours dans les romans d’anticipation ! Haut les cœurs !!
   
   Mais Malorie se rend bientôt compte que les murs ne vont plus pouvoir les protéger encore longtemps. Cela signifie partir. Où ? Les yeux bandés. Avec un petit garçon et une petite fille qui ne connaissent réellement que l’enceinte de la maison. Il va falloir mettre un canot à l’eau et poursuivre à la rame sur la rivière vers un hypothétique ailleurs où le mal ne rôderait pas...
   
   Il ne s’agit pas de grande littérature mais bien d’une grande histoire, absolument étouffante et qui s’avère quasiment impossible à lâcher quand on y a fourré son nez ! Histoire sur plusieurs époques : l’époque où le problème s’est fait jour, l’époque où Malorie, vivant avec plusieurs personnes dans la maison a connu divers avatars pour tenter de trouver une solution et puis l’évasion finale.
   On s’y retrouve parfaitement. C’est juste qu’on retient son souffle en permanence...

critique par Tistou




* * *