Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'outrage fait à Sarah Ikker de Yasmina Khadra

Yasmina Khadra
  Morituri
  Les agneaux du seigneur
  Cousine K
  Les hirondelles de Kaboul
  Double blanc
  L'imposture des mots
  L'attentat
  L'écrivain
  Les sirènes de Bagdad
  A quoi rêvent les loups
  Ce que le jour doit à la nuit
  La part du mort
  L’automne des chimères
  L'équation africaine
  Les anges meurent de nos blessures
  La dernière nuit du Raïs
  Dieu n'habite pas la Havane
  L'outrage fait à Sarah Ikker

Yasmina Khadra est le nom de plume (formé des deux prénoms de son épouse) de l'écrivain algérien Mohammed Moulessehoul. Il est né en 1955 dans le Sahara algérien. Militaire jusqu'en 2000, ce n'est qu'en 2001, après sa démission de l'armée et à la sortie de son 14ème roman, qu'il se démasque comme étant un homme. C'est que ce 14ème roman, "L'écrivain", était d'inspiration autobiographique.

L'outrage fait à Sarah Ikker - Yasmina Khadra

Portrait de la société marocaine
Note :

   Yasmina Khadra, dans son dernier roman L'outrage fait à Sarah Ikker, reprend la veine du roman policer et place son intrigue au Maroc.
   
    C'est l'histoire de Dris Iker, enfant du rif issu d'un milieu modeste. Il choisit de faire des études afin de s'en sortir et gravir les échelons de la société.
   
    Lors d'une soirée, alors qu'il est un jeune policier débutant, il croise une superbe jeune fille, Sarah. Elle est la fille du grand patron de la police. Malgré leur différence de milieu, elle tombe follement amoureuse de lui et leur rencontre se termine par un mariage.
   
    Alors qu'ils semblent filer le parfait amour, évoluant dans une société privilégiée, un drame se produit un soir chez eux.
   
    Sarah est violée à leur domicile et plus rien ne va entre eux. Dris sombre dans l'alcool et Sarah dans une grave dépression.
   
    L'enquête officielle apporte peu d'indices, Dris prend les choses en main et le couple vit une crise existentielle profonde.
   
    Une galerie de personnages interviennent tous plus corrompus que jamais et peu fréquentables.
   
    Yasmina Khadra nous entraîne au cœur du pouvoir et de la corruption. Il montre aussi la place de la femme et l'intervention de la religion dans une société où les non-dits sont nombreux.
   
    Un roman un peu déroutant où l'enquête n'est pas l'enjeu mais un moyen de dresser le portrait corrosif de la société marocaine.
   
    Une suite est prévue, peut-être apportera-t-elle une certaine profondeur aux personnages juste esquissés.

critique par Marie de La page déchirée




* * *