Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mon mari et moi de Elisabeth Jacquet

Elisabeth Jacquet
  Anna Karénine, c'est moi
  Mon mari et moi

Mon mari et moi - Elisabeth Jacquet

Essai sentimental
Note :

    Sous forme d’exploration intime Elisabeth Jacquet cherche à définir le mari. Ce faisant, elle sonde sa vie de couple et cherche, au-delà de son cas, si la rue, la littérature, le cinéma reflètent son histoire personnelle.
   
    Il y a sans doute de nombreuses façons de parler du mariage, le plus souvent on a affaire au mode ironique et cruel ou alors au mode épique et idéaliste. Pour faire court, on citera Sacha Guitry dans la première catégorie: "Les hommes n’ont que ce qu’ils méritent. Les autres sont célibataires!" Et Sören Kierkegaard dans la seconde catégorie: "Le mariage est et restera le voyage de découverte le plus important que l’homme puisse entreprendre." Elisabeth Jacquet a choisi une troisième voie. Même si cette dernière n’est pas exempte ici et là d’une certaine ironie ou d’élans du cœur on qualifiera ce recueil de pensées et courts textes d’analyse réaliste, ponctuée de doutes et de nombreuses questions.
   
    Un peu comme une entomologiste, l’auteur observe sa vie conjugale et celle des autres, disséquant à la fois le langage (quand parle-t-on de conjoint, d’époux, de moitié, de régime matrimonial, de devoir conjugal?), la gestuelle (un doigt qui se glisse au creux d’un bras, un bras passé autour des hanches), les habitudes (la position de lit conjugal, la place de la brosse dans le salle de bain) avant de se lancer dans une étude comparative (sommes-nous les seuls dans ce cas? Comment font les autres?). On comprend vite que le fruit de ses réflexions ne nous est pas livré par une novice, mais s’appuie sur une belle expérience. Quand le temps a passé, que les habitudes se sont installées, que l’on associe "avec autant de constance et de naturel tu me manques à je ne peux plus te supporter? Viens on parle à je n’arrive pas à t’écouter? Lâche-moi à prends-moi dans tes bras?"
   
   Les moments de poésie pure ont en effet vite fait de céder la place à la trivialité. Mais c’est sans doute dans cette curieuse manière de vivre ensemble que se cimente le couple : "De qui d’autre pourrais-je ainsi systématiquement trier les chaussettes ? Ou déchirer pour en faire d’astucieux chiffons les chemises et caleçons qu’il continue à porter même troués? Avec qui d’autre aussi longtemps partager les sanitaires, bruits odeurs et rituels de nos corps sans cesse à proximité?"
   

   Car c’est bien dans les détails de la vie commune que se trouve la finalité du mariage et non dans les grandes envolées lyriques. Elisabeth Jacquet nous le fait habilement comprendre en construisant l’édifice commun sur la somme "des âges, craintes, complexes, peurs, espérances, angoisses, désirs, rêves et chagrins". Avant d’ajouter avec lucidité qu’il est logique que cette somme entraîne quelquefois des dérapages.
   
    Des aller-retour entre son mari et ceux qu’elle croise dans la rue ou dans la littérature, l’auteur essaie de trouver un modèle universel, une sorte d’archétype du mari. Mais il lui faut vite déchanter. Entre le mari de la duchesse de Guermantes et celui d’Anna Karénine, entre celui de Madame Bovary et celui de Rebecca, il n’y guère de similitude. Passant de la littérature au cinéma et allant jusqu’aux séries télé, Elisabeth Jacquet fait le même constat de typologies bien différentes. Ce qui explique aussi qu’il n’y a pas de règles ou de mode d’emploi, mais bien davantage une sorte de pari sur l’avenir. Exaltant autant que risqué : "Nous nous imaginions semblables et très différents, les mêmes mais autrement, puisqu’il était impossible de prévoir l’ensemble et la nature des événements qui prendraient place au cours de notre vie commune."

critique par Le Collectionneur de livres




* * *