Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Impasse des boiteux de Stanislas-André Steeman

Stanislas-André Steeman
  Légitime défense
  Impasse des boiteux

Stanislas-André Steeman est un auteur belge de bandes dessinées et de roman policiers, né en 1908 et décédé en 1970.

Impasse des boiteux - Stanislas-André Steeman

Un sérial cardiologue ?
Note :

   Stanilas-André Steeman, né le 23 janvier 1908, a été surnommé par un critique inspiré "le Simenon belge". Nul doute que celui-ci ne savait pas que ces deux écrivains étaient né dans la même ville de Liège. Un peu léger non ?
   
   Qu’un vieux monsieur décède d’un arrêt du cœur en pleine rue, ce ne pourrait être considéré que comme un accident de parcours. Mais qu’un deuxième puis un troisième le suivent dans la tombe, cela relève de l’épidémie et s’avère franchement louche. Pas pour les policiers qui ont d’autres chats à fouetter, mais pour les Despérados, une bande de gamins qui vivent dans l’Impasse des boiteux, là où justement se déroule ce feuilleton mortuaire. Alors la Mite, Prunelle et leurs compagnons, Marie-Ange, Marie Christine, Long Rifle, Boule II, Sleepy et Super se lancent sur les traces de l’assassin. Car il s’agit bien d’assassinats, déguisés en accidents certes, mais d’assassinats quand même. Ces arrêts cardiaques ont été provoqués sciemment, délibérément. Pourquoi et par qui ? C’est ce que vont tenter de découvrir nos gamins pleins de ressources, et qui n’ont ni leurs yeux ni leurs oreilles dans leurs poches.
   
   Paru en 1959 dans la défunte collection Un Mystère des Presses de la Cité, collection qui fit les beaux jours et les nuits blanches de bon nombre d’amateurs de romans policiers par son éclectisme, L’Impasse des boiteux est un livre pour adultes et adolescents dans lequel l’humour est présent de façon constante. Une histoire habilement construite, possédant un petit air rétro, désuet, dû à un monsieur qui savait fignoler ses intrigues. Jacques Baudou, dans Le Vrai visage du Masque écrit à propos de Steeman, qu’il est l’un de ceux qui, avec Pierre Véry et Simenon, affirmèrent la spécificité du roman policier non anglo-saxon, et qui lui donnèrent ses plus belles lettres de noblesse. Steeman n’est pas uniquement l’auteur de Légitime défense, plus connu sous le titre de Quai des Orfèvres après son adaptation cinématographique, de L’assassin habite au 21 ou comme le créateur de Mr Wens, et toute son œuvre est à redécouvrir.

critique par Oncle Paul




* * *