Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les larmes de Pancrace de Mallock

Mallock
  Les larmes de Pancrace

Les larmes de Pancrace - Mallock

Un peu plus de rigueur scénaristique, et...
Note :

   Oui, un peu plus de rigueur scénaristique et ce serait parfait. Car il y a de l’invention. Il y a un amour des personnages avec leurs personnalités en cohérence avec les traits qu’on nous décrit. Il y a un amour du biotope (le vignoble bordelais) dans lequel ils évoluent... Juste, il y a un peu de facilité scénaristique avec une "méchante" vraiment affûtée qui se prend les pieds dans les rets jetés par Mallock, de manière invraisemblable. Dommage !
   
   Alors ? Alors il y a un commissaire parisien atypique, Mallock – comme l’auteur – dont ce n’est pas la première aventure manifestement (mais pour moi, si), en vacances dans sa résidence secondaire dans le Bordelais. Bien entendu, on (un commissaire local, ex – subordonné de Mallock) ne va pas le laisser tranquille puisqu’un meurtre concernant la famille d’une députée quasiment candidate à la Présidence de la République est commis.
   
   L’affaire est brûlante, à prendre avec des pincettes et ce commissaire local, Gilles Guédrout, sollicite son ex – chef, sommité de la Criminelle, d’autant que lui-même connaissait bien et la victime et la coupable présumée. L’intrigue est tortueuse, plonge ses racines dans le Moyen – Age et chez les Templiers. La partie "Templiers" est menée en contrepoint à intervalles réguliers. L’ensemble est très plaisant, très imaginatif, sauf cette liberté prise avec un passage obligé de l’intrigue qui, pour le coup, est joué simpliste quand le/la coupable est quasiment présenté-e avec des nerfs d’acier. Dommage !
   
   Une curiosité ; Mallock est de manière récurrente appelé par son prénom, Amédée, sans que l’on soit autrement prévenu et ça désarçonne, la première fois.

critique par Tistou




* * *