Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Belle Créole de Maryse Condé

Maryse Condé
  Victoire, les saveurs et les mots
  En attendant la montée des eaux
  Le fabuleux et triste destin d'Ivan et Ivana
  La vie sans fards
  La vie scélérate
  Célanire cou-coupé
  Histoire de la femme cannibale
  La Belle Créole
  Moi, Tituba sorcière...
  Heremakonon En attendant le bonheur
  Ados: Rêves amers
  Dès 09 ans: A la courbe du Joliba

AUTEUR DES MOIS DE juin & juillet 2019


Maryse Condé est née en1937, à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), dans une famille bourgeoise noire de huit enfants. Elle a été élevée dans la culture française classique. Sa mère était institutrice et son père commerçant.

En 1950, l'année de ses 16 ans, elle part étudier à Paris, au Lycée Fénelon. C'est à Paris (Sorbonne) qu'elle continuera ses études, souffrira des comportements racistes et commencera à documenter et théoriser son analyse de la situation des Noirs et des Blancs en général, des Antillais en particulier. Elle commence à écrire.

En 1958, elle épouse l'acteur guinéen Mamadou Condé dont elle gardera toujours le nom, mais le mariage lui, ne durera pas. Elle devient professeure de français en Côte d'Ivoire, mais doit quitter le pays pour Londres en 1966, pour travailler au service Afrique de la BBC. Elle retournera à Ghana en 1969, puis ce sera le Sénégal avant un retour en France, la reprise des études et le travail à « Présence africaine », la revue et la maison d'édition panafricaine.

Son premier roman publié, Heremakhonon paraîtra en 1976, mais sera mal reçu. Elle ira aux USA et rencontrera des militantes noires, puis de retour, épousera Richard Philcox en 1981. Ségou paraît en 1984, et cette fois, c'est un succès, après lequel elle va retourner en Guadeloupe et se "réconcilier avec (m)on île". Elle continuera sa carrière en alternant romans, théâtre, conférences et essais.

De nombreux prix ont été attribués à Maryse Condé tout au long de sa carrière et en 2018, année sans Prix Nobel de Littérature officiel, le Nobel dit « alternatif » lui a été décerné.

La Belle Créole - Maryse Condé

Sortie de prison dans pays en crise
Note :

   Les lecteurs les plus attentifs auront remarqué que l'on titre ici "La Belle Créole" et non pas, "La belle Créole", pour les autres, ce sera une surprise de découvrir que cette Créole n'est pas une femme mais un bateau...
   
   Port-Mahault, Guadeloupe, 1999, notre personnage principal sort de prison. Il n'y est resté que 18 mois, pour meurtre, c'est que son avocat s'est battu comme un beau diable et a réussi à convaincre le tribunal de toutes les circonstances atténuantes possibles... Mais Dieudonné ne lui en est pas reconnaissant, il a laissé dire, mais dans son esprit, l'avocat n'a rien compris à rien.
   
   Nous découvrons peu à peu que Dieudonné, très beau jeune homme noir, domestique, a été l'amant d'une Békée* d'âge mûr qui l'employait (dans tous les sens du terme) et dans quelles circonstances il l'a tuée. Pour lui, c'est plus ou moins un accident dans une scène passionnelle, car pour lui, son amour pour elle primait tout et était totalement désintéressé, alors que pour elle, il n'était qu'un substitut provisoire à un autre qui ne l'aimait pas. Pour son avocat, il n'est que le jouet de l'exploitation des corps de jeunes hommes noirs par des nanties à peau blanche... Les Békés sont enviés, peu aimés, alors quand en plus ils sont une femme mûre et indépendante... on l'écoutera.
   
   Vous l'aurez compris, mon avis est qu'ils sont tous deux victimes d'un monde injuste, mais vous vous ferez votre idée. Le second point vraiment intéressant, c'est l'entourage, décor et personnages. Les syndicats à Port-Mahault tentent d'obtenir des améliorations (voire l'indépendance pour certains) par la grève, et la grève est devenue longue, paralysante, si bien que loin d'apporter des avantages, c'est à un environnement très dégradé que la population est confrontée. L'électricité par roulement, les ordures ménagères couvrant les rues, sous cette chaleur, avec les conséquences sanitaires qu'on imagine, etc. L'insécurité devient un vrai problème, tant par les voyous de plus en plus agressifs et audacieux que, figurez-vous, les chiens errants qui deviennent carrément un vrai danger pour la population. (Il y a pour les amis des chiens, des évocations pénibles...**) Dieudonné découvre cela à sa sortie de prison, il le découvre (et nous avec) de près car son seul ami est le chef du syndicat le plus dur.
   Pour le bateau? Eh bien, vous verrez
   
   Et puis, il y a l'écriture de Maryse Condé, sa belle écriture. Son vocabulaire tellement évocateur "dans le temps-longtemps" pour "autrefois", "Lendépendance" et tant d'autres termes qui me restent maintenant. On entend la voix de cette île.
   
   Pour cette histoire personnelle intéressante et bien peinte, pour son écriture, ainsi que pour son portrait social d'un territoire français d’outre-mer qui a du mal à tourner la page du siècle, ce roman est captivant et vaut d'être lu.
   
   
   * Béké= habitant créole à la peau blanche de la Martinique et de la Guadeloupe descendant des premiers colons européens
   
   ** Pour revenir sur ce point, ce livre est témoin d'un rapport aux chiens particulièrement nul. Comme quoi il est juste de dire que rien n'est plus éclairant que le rapport aux animaux pour connaître le stade d'évolution mental d'un humain.

critique par Sibylline




* * *