Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le diable n'est pas mort à Dachau de Maurice Gouiran

Maurice Gouiran
  Putains de pauvres!
  Les vrais durs meurent aussi
  Maudits soient les artistes
  Le printemps des corbeaux
  Le diable n'est pas mort à Dachau

Maurice Gouiran est un écrivain français né en 1946 près de Marseille.

Le diable n'est pas mort à Dachau - Maurice Gouiran

Pas son meilleur !
Note :

   Octobre 1967, Henri Majencoules quitte la Calfornie qu'il habite depuis plusieurs années -il y travaille pour un programme de recherche en informatique-, il revient à Agnost-d'en-haut, village de montagne de son enfance pour enterrer sa mère. Au début du même mois, une famille d'Américains -père, mère et fillette- établie au village a été assassinée. Henri décide d'aider son ami d'enfance Antoine Camaro, journaliste à enquêter sur cette affaire.
   
   1943, à Dachau, les prisonniers sont soumis à des expériences médicales entraînant des maladies et parfois leur mort. Comment vingt années plus tard, ces expériences se retrouveront-elles au cœur de l'affaire d'Agnost-d'en-haut ?
   
   Maurice Gouiran a l'habitude de placer ses romans noirs dans des contextes historiques, parfois oubliés, parfois peu connus. Cette fois-ci, le départ de son intrigue est plongé dans une atmosphère assez connue, une odeur d'affaire Dominici pour l'enquête et une plongée dans les camps de concentration dans lesquels les médecins se livraient à des expériences terribles sur des hommes. Le roman débute assez mollement et il faut tout le talent du romancier pour capter mon intérêt. C'est lorsque Henri rencontre Antoine qu'il commence enfin à se tendre et à livrer des informations, et vue la quantité de documentation notée dans la bibliographie, je peux vous dire que l'auteur est assez complet dans les domaines qu'il aborde.
   
   Je ne vous cacherai pas que ce n'est pas à mes yeux le meilleur roman de Maurice Gouiran -un coup de fatigue sans doute-, mais j'ajouterai aussitôt que même moins réussi, un roman de l'auteur est toujours extrêmement instructif et rondement mené. C'est ça les romanciers qui se documentent et travaillent, cela se ressent et ils parviennent à intéresser leur lectorat par ce qu'ils apportent et la manière de le faire. Maurice Gouiran le fait toujours avec des personnages à un tournant de leur vie -mais j'ai l'impression qu'on est souvent à un tournant de sa vie-, des hommes qui se posent pas mal de questions, ici l'origine, l'attachement aux racines familiales et géographiques, les choix de vie et les rencontres qui changent l'individu. Ils sont attachants Henri et Antoine, et comme en plus, ils nous apprennent plein de choses, leur fréquentation est tout à fait conseillée.

critique par Yv




* * *