Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Cousine Bette de Honoré de Balzac

Honoré de Balzac
  La peau de chagrin
  la fille aux yeux d'or
  Le colonel Chabert
  L'interdiction
  La messe de l’athée
  Le contrat de mariage
  Une ténèbreuse affaire
  Le lys dans la vallée
  Mémoires de deux jeunes mariées
  Illusions perdues
  Le Chef-d’œuvre inconnu
  Philosophie de la vie conjugale
  Louis Lambert
  Séraphîta
  Béatrix
  Splendeurs et misères des courtisanes
  La Grande Bretèche
  La Recherche de l'Absolu
  Eugénie Grandet
  Le curé de village
  La duchesse de Langeais
  Le médecin de campagne
  La Rabouilleuse
  La Grenardière
  L’auberge rouge
  La Cousine Bette
  Adieu
  Le bal de Sceaux
  La Bourse
  La Vieille Fille

Honoré de Balzac est un écrivain français né en 1799 et mort en 1850. Très prolifique, il a publié 91 romans et nouvelles de 1829 à 1852 et laissé une cinquantaine d'œuvres non achevées.


* Voir la fiche "Du roman considéré comme un des beaux-arts".

La Cousine Bette - Honoré de Balzac

In scènes de la vie parisienne
Note :

   Période 1845-1850 environ
   
   Lisbeth Fisher roturière de province, hébergée chez les Hulot, veut se venger de cette famille spécialement de sa sœur Adeline, baronne Hulot, dont elle est très jalouse. Adeline a fait un mariage d’amour et d’argent, en épousant Hector, le baron Hulot ! Lisbeth en a profité un peu en tant que sœur de la belle et vertueuse Adeline ; elle vit dans cette famille mais est restée célibataire : on dit qu’elle a un physique spécial, grande maigre, brune, osseuse, rien selon le narrateur qu’une parisienne n’eût su arranger à son avantage, mais Lisbeth est restée provinciale… et doit faire des travaux de couture pour améliorer sa condition.
   
   En attendant, Le baron Hulot ruine sa famille, à dépenser à tout va pour ses maîtresses. Adeline reçoit la visite de Célestin Crevel, un amateur de chair fraîche lui aussi ; on l’appelle "l’ancien parfumeur" . Voulant se venger de Hulot, qui lui avait ravi une maîtresse, il vient proposer ses vieux charmes à La baronne en échange d’une grosse somme d’argent qui la tirerait d’affaire. Adeline a 48 ans ; c’est beaucoup mais "la baronne aurait pu être préférée à sa fille par les amateurs de couchers de soleil" ; or la fille est tout à fait charmante. Bien sûr Adeline, très honnête refuse de se prostituer. Ça viendra, préconise l’affreux Crevel… l’affaire n’est pas mûre…
   
   Après cette pénible scène, Lisbeth court voir son protégé : Wenceslas comte Steinbock, jeune polonais, sculpteur à ses heures, qu’elle entretient chichement, dans un méchant garni, sous les combles. Wenceslas c’est le même genre que Lucien de Rubembré , il est hésitant, charmant, langoureux, doué mais rêveur, paresseux. Lisbeth en est amoureuse à sa façon : il est sa chose….
   
   Et puis, les choses évoluent : il arrive que Wenceslas sorte de sa soupente...
   
   Lisbeth va s'associer avec Valérie Marneffe, une bourgeoise dont le mari veut devenir chef de bureau ; Valérie est apprentie courtisane et séduit tous les messieurs et les mène à la baguette, rien ne lui résiste ! Il faut dire que Lisbeth l’aide à sa manière. Toujours dans un esprit de vengeance…
   
   D’amusantes réflexions, beaucoup de verve... des scènes de théâtre nuancées diversement, comédie, drame, burlesque! Balzac en très grande forme! Le contexte politique est très présent aussi.

critique par Jehanne




* * *