Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Célanire cou-coupé de Maryse Condé

Maryse Condé
  Victoire, les saveurs et les mots
  En attendant la montée des eaux
  Le fabuleux et triste destin d'Ivan et Ivana
  La vie sans fards
  La vie scélérate
  Célanire cou-coupé
  Histoire de la femme cannibale
  La Belle Créole
  Moi, Tituba sorcière...
  Heremakonon En attendant le bonheur
  Ados: Rêves amers
  Dès 09 ans: A la courbe du Joliba

AUTEUR DES MOIS DE juin & juillet 2019


Maryse Condé est née en1937, à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), dans une famille bourgeoise noire de huit enfants. Elle a été élevée dans la culture française classique. Sa mère était institutrice et son père commerçant.

En 1950, l'année de ses 16 ans, elle part étudier à Paris, au Lycée Fénelon. C'est à Paris (Sorbonne) qu'elle continuera ses études, souffrira des comportements racistes et commencera à documenter et théoriser son analyse de la situation des Noirs et des Blancs en général, des Antillais en particulier. Elle commence à écrire.

En 1958, elle épouse l'acteur guinéen Mamadou Condé dont elle gardera toujours le nom, mais le mariage lui, ne durera pas. Elle devient professeure de français en Côte d'Ivoire, mais doit quitter le pays pour Londres en 1966, pour travailler au service Afrique de la BBC. Elle retournera à Ghana en 1969, puis ce sera le Sénégal avant un retour en France, la reprise des études et le travail à « Présence africaine », la revue et la maison d'édition panafricaine.

Son premier roman publié, Heremakhonon paraîtra en 1976, mais sera mal reçu. Elle ira aux USA et rencontrera des militantes noires, puis de retour, épousera Richard Philcox en 1981. Ségou paraît en 1984, et cette fois, c'est un succès, après lequel elle va retourner en Guadeloupe et se "réconcilier avec (m)on île". Elle continuera sa carrière en alternant romans, théâtre, conférences et essais.

De nombreux prix ont été attribués à Maryse Condé tout au long de sa carrière et en 2018, année sans Prix Nobel de Littérature officiel, le Nobel dit « alternatif » lui a été décerné.

Célanire cou-coupé - Maryse Condé

Une femme forte
Note :

   Premier contact avec l’écriture de Maryse Condé, la Guadeloupéenne. Pas du tout ce à quoi je m’attendais. (et d’ailleurs pourquoi diable m’attendais-je à quelque chose ?)
   Le style penche vers les cousins d’Haïti, les Dany Laferrière, Lyonel Trouillot,... ou ceux d’Amérique Centrale type Gabriel Garcia Marquez.
   Une dose d’onirisme - enfin, la frange de l’onirisme - du féminisme- une bonne dose de féminisme - et un plaisir palpable à écrire, raconter, de la part de Maryse Condé.
   
   "Cette histoire est inspirée d’un fait divers. A la Guadeloupe, en 1995, un bébé fut trouvé, la gorge tranchée, sur un tas d’ordures. Les imaginations allèrent bon train à travers le pays. La mienne comme les autres."
   
   Maryse Condé n’a pas peur de nous faire voyager puisque Célanire Pinceau, c’est le nom de notre omniprésente (pour ne pas dire omnipotente !) héroïne a été éduquée religieusement (elle est une oblat ; entendre une religieuse qui n’a pas prononcé ses vœux) à Lyon, venant de Guadeloupe, mais arrive à Grand Bassam (Côte d’Ivoire) en 1901 quand commence le roman, rebondit à Cayenne et revient en Guadeloupe où elle reste fixée après un petit crochet au Pérou.
   
   Célanire porte en permanence un foulard autour du cou et c’est longtemps après que le roman soit entamé qu’il nous sera dit formellement que c’est pour cacher la cicatrice d’un cou coupé. Un cou coupé quand elle était un bébé !
   
   Mais Célanire n’est plus un bébé. C’est une femme bien éduquée, intelligente, et surtout, très déterminée. L’objet de sa détermination ne se dévoilera que progressivement, comme un brouillard qui a beaucoup de mal à quitter la rive d’un fleuve, même si l’on se doute bien qu’il doit y avoir un rapport avec son cou coupé.
   
   L’histoire n’est pas si facile à suivre, au moins pour la partie qui fait appel à des retours en arrière afin de permettre au lecteur de saisir les lignes de force des actions de Célanire.
   
   Personnage hors du commun, aux pouvoirs de séduction et d’action qui frisent l’occulte, on a du mal à se faire une projection mentale de Célanire. D’autant que (déjà dit) elle est extrêmement déterminée et partant ne s’embarrasse pas de scrupules.
   
   Pour le personnage j’ai pensé à Hillela, dans "Un caprice de la nature", de Nadine Gordimer. Même égérie féminine qui surmonte tous les obstacles sans s’embarrasser de sentimentalisme, femme de pouvoir. (tiens, les deux romans ont été écrits par des femmes !)
   
   "C’est que simplement l’oblat n’était pas ordinaire. Elle ne parlait guère. Elle ne semblait pas curieuse, excitée comme ses compagnes, impatientes de commencer leur apostolat.En plus, sa couleur la mettait à part, cette peau noire qui l’habillait comme un vêtement de grand deuil. Elle n’était pas franchement négresse. Plutôt métisse d’on ne savait combien de races. Elle ne portait pas l’habit religieux, n’ayant pas prononcé de vœux. Elle était vêtue d’une stricte robe grise et portait, autour du cou, un foulard coupé en deux par un ruban qui soutenait une massive croix en or. Hiver comme été, matin, midi et soir, elle ne quittait jamais ce foulard, toujours noué serré, assorti à la couleur de ses vêtements. D’où sortait-elle ? De la Guadeloupe ou de la Martinique."

critique par Tistou




* * *