Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lux de Maud Mayeras

Maud Mayeras
  Hématome
  Reflex
  Lux

Maud Mayeras est une romancière française, née en 1981.

Lux - Maud Mayeras

Fiat lux
Note :

   Tu n'es pas une grande lectrice de thrillers... mais tu aimes en ouvrir de temps en temps, pour changer. Celui-ci t'attendait depuis un petit moment déjà dans ta PAL urgente (hum !) avec sa couverture intrigante et son titre mystérieux... Il était donc grand temps de plonger dans ses pages...
   
   Antoine débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l'Australie un beau jour de 2016. Vingt ans auparavant, c'était avec sa mère malade qu'il avait atterri sur les lieux, venant de France. Un drame avait alors eu lieu pendant son court séjour, son ami Hunter avait été assassiné, presque sous ses yeux par son père, choqué de les avoir trouvés tous les deux à moitié nus dans la chambre de son ami. Sa mère était morte quelques jours plus tard, et le jeune homme alors rapatrié en France. Antoine est revenu pour se venger, pour tuer les époux Redshaw. Mais rien ne va se dérouler réellement comme prévu, un tsunami dévaste la région, et la réalité s'avère bien plus complexe qu'Antoine le croyait... Le voilà effectivement à un moment donné, en route, au coeur des terres australiennes, pour une Réserve secrète, accompagné d'un jeune militaire déserteur, d'un vieil aborigène un peu fou, et en quête de la soeur de Hunter, Lark...
   
   Et toi lectrice, tu as trouvé à ce roman quelques maladresses ou plutôt quelques manques de fluidité qui ont gêné ta lecture, au départ, puis tu as été embarquée, intriguée, décontenancée. Au final tu as été plutôt heureuse d'avoir ouvert ce livre, qui a le mérite de ne pas s'enfoncer dans la facilité. Avec Lux, on frôle sans cesse la fin du monde, et Maud Mayeras a le talent de nous montrer à la fois la complexité des sentiments humains, et nos fragilités. Et il y a des scènes d'une très grande force visuelle.

critique par Antigone




* * *