Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Double assassinat dans la rue Morgue de Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe
  Poèmes (Poems)
  Eurêka
  Les Aventures d'Arthur Gordon Pym
  Double assassinat dans la rue Morgue
  Histoires grotesques et sérieuses
  L'intégrale illustrée

Edgar Allan Poe est un écrivain américain né à Boston en 1809 et décédé brutalement (cause indéterminée) en 1849.

La cause de sa mort a inspiré un roman à Matthew Pearl.

Double assassinat dans la rue Morgue - Edgar Allan Poe

L’ancêtre du polar fantastique
Note :

   Quelle émotion de penser en outre que c’est Charles Baudelaire himself qui a traduit et contribué à faire diffuser le maître américain ! Maître de la nouvelle fantastique, maître du polar naissant.
   
   Non seulement créateur mais leader d’un mouvement qui va être imité, copié : celui de Sherlock Holmes en particulier, celui d’Arsène Lupin également, dans une moindre mesure.
   Songez que le héros qui va résoudre l’affaire – une affaire qui se déroule à Paris fin du XIXème siècle – est un "amateur éclairé", pas un policier, c’est Charles Auguste Dupin, grand amateur d’échecs par ailleurs, secondé par le narrateur qui n’est autre que... qu’Edgar Allan Poe. C’est uniquement par le biais de la réflexion et des déductions successives que Dupin va résoudre deux terribles assassinats qui ont eu lieu rue Morgue, à Paris, chacun d’une grande sauvagerie et même d’une grande bestialité.
   
   Tête tranchée d’une jeune fille, corps de Mme Lespanaye engagé dans le conduit de la cheminée comme pour tenter de le cacher... Pour des femmes sans histoire, une fin véritablement atroce et incompréhensible.
   
   Au nez et à la barbe de la police qui va jusqu’à arrêter un innocent, ce sont Dupin et son acolyte, enfermés à discourir ou déambulant la nuit (la nuit comme... Sherlock Holmes) qui vont tirer le fin mot de l’histoire. On ne peut réellement s’empêcher de songer à Sherlock Holmes, avec pas mal d’années d’avance. Sir Arthur Conan Doyle avait dû pas mal avoir lu Edgar Allan Poe !
   
   Pour avoir lu, en des temps plus reculés, nombre "d’Histoires extraordinaires" ou fantastiques du dénommé Poe, on ne peut que penser qu’il avait une imagination des plus fertiles et atypiques. Il a lancé un genre et ne le savait – probablement – pas.
   
   "Un vaste génie profond comme le ciel et l’enfer"
aurait dit de lui Baudelaire. Avait-il pressenti ce "boulevard" qu’ouvrait l’auteur américain ?

critique par Tistou




* * *