Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 09 ans: Contes dits deux fois de Alexandre Dumas

Alexandre Dumas
  La Dame Pâle
  La reine Margot
  Les Cenci
  Pauline
  Le Comte de Monte-Cristo
  La Dame aux camélias
  La guerre des femmes
  Le capitaine Pamphile
  Les trois mousquetaires
  Le meneur de loups
  La Comtesse de Saint-Géran
  La route de Varennes
  Le Chevalier d'Harmental
  La Volga
  Georges
  Le Sphinx rouge suivi de La Colombe
  Ados: Othon l’archer
  Dès 09 ans: Contes dits deux fois

Alexandre Dumas, (dit aussi Alexandre Dumas père) est un écrivain français né en 1802 et mort en 1870.

Dès 09 ans: Contes dits deux fois - Alexandre Dumas

Indémodables
Note :

   Les belles histoires d’Alexandre Dumas avec la complicité de Gérard de Nerval.
   
   Tout le monde, ou presque connait Le soldat de plomb, Le vaillant petit tailleur, La Reine des Neiges, La petite sirène, ne serait-ce que par les adaptations souvent en version réduite, tronquée, dans les petits albums destinés aux enfants, ou en dessins animés, par les studios Disney les plus connus et les plus nombreux, mais également par le Français Paul Grimaud. Mais une relecture de ces contes proposés par Alexandre Dumas s’impose, ne serait-ce que par l’apport et la complicité de son ami Gérard de Nerval et la présentation rédigée sous forme de feuilleton.
   
   En effet, Alexandre Dumas, s’adresse à ses jeunes lecteurs, les informant que lors de son voyage en Allemagne en 1838, il fut hébergé par une famille à Frankfort et il attendait la visite de son ami Gérard de Nerval.
   
   Dans la journée il écrivait et le soir, à leur demande pressante, il narrait des contes et légendes aux trois enfants de cette famille, surtout aux deux garçons âgés de sept et cinq ans, la petite fille de quatorze mois ne s’intéressant qu’à son biberon. Il avait épuisé tout son stock d’histoires lorsqu’enfin Gérard de Nerval arriva et prit la relève.
   
   Le premier soir Nerval raconte aux enfants l’histoire du Soldat de plomb, un conte qui émerveille tant les enfants, grâce au conteur mais également laux pérégrinations de ce petit soldat auquel il manque une jambe, le fondeur n’ayant plus assez de plomb pour lui en fabriquer une seconde, que les auditeurs n’en ont pas assez. Et le lendemain soir, Nerval narre l’histoire de Petit-Jean et Gros-Jean et comment Petit-Jean le facétieux devient riche en se vengeant de son peu sympathique voisin Gros-Jean. Cette histoire demande trois soirées pour être narrée aux enfants pressés de connaître la suite. Dumas en profite pur placer des intermèdes pleins de saveurs.
   
   Entre chaque conte, et même au milieu comme dans Petit-Jean et Gros-Jean, Alexandre Dumas prend la plume pour relater ses impressions et l’impatience des petits auditeurs placés sous le charme.
   
   Même si nous connaissons ces contes, lus avec délectation et parfois un peu de frayeur durant notre enfance, on les relit avec ce plaisir ineffable de les retrouver sous l’enchantement de la plume d’Alexandre Dumas, qui s’efface derrière le talent de conteur de Gérard de Nerval, mais apporte sa touche personnelle avec brio. Ce sont les mêmes mais avec un petit plus, cette pincée de sel et de poivre qui rehausse le goût des aliments (Dumas était un gros mangeur et un fin gastronome, en culottes courtes je ne sais pas), et ce liant qui donne une saveur particulière, comme s’il les avait imaginées au lieu de les adapter à sa sauce.
   
   Sommaire :
   L’homme aux contes. Préface de l’auteur.
   Le soldat de plomb et la danseuse en papier d’après L’inébranlable soldat de plomb d’Andersen.
   Petit-Jean et Gros-Jean d’après Le grand Claus et le petit Claus d’Andersen.
   Le vaillant petit tailleur d’après Sept d’un coup ou le hardi petit tailleur de Grimm.
   La Reine des Neiges d’après Andersen.
   La chèvre, le tailleur et ses trois fils d’après La petite table, l’âne et le bâton de Grimm.
   Blanche-Neige d’après Grimm.
   Nicolas le philosophe d’après Jean-la-chance de Grimm.
   La petite sirène d’après Andersen.

critique par Oncle Paul




* * *