Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Midi de Cloé Korman

Cloé Korman
  Les hommes couleurs
  Les Saisons de Louveplaine
  Midi

Cloé Korman est une écrivaine française née à Paris en 1983.

Midi - Cloé Korman

Remords
Note :

   Dès le début du livre, j'ai été happé par le style direct et le langage populaire imagé et parfois cru. Ce style ne me déplait pas, bien au contraire !
   
   Été 2000, Claire étudiante en médecine et son amie Manu sont engagées pour encadrer pendant cinq semaines des gamins de 10 ans dans un stage d'initiation au théâtre et d'expression corporelle et orale dirigé par Dominique. Quinze ans après, devenue médecin, elle retrouve, parmi ses malades, ce même Dominique atteint par une grave hépatite C, qui a arrêté de se soigner depuis bien longtemps. Cette rencontre va être l'occasion d'un retour en arrière. Elle voit ressurgir les enfants, leurs parents, les répétitions pour le spectacle, son aventure avec Dominique et surtout Joséphine, Jo, une enfant discrète qui porte un lourd secret.
   "Jo était habillée d'un short de foot noir et d'un polo rose : chacun de ses vêtements était moche, et portés ensemble ils étaient plus moches encore."
   

   Je n'ai eu aucun mal à entrer dans cette histoire, chaque chapitre correspond à une semaine de stage et j'ai vite compris que l'auteur allait nous inviter à des allers-retours entre un service de médecine interne aujourd'hui et un petit théâtre associatif quinze ans plus tôt. C'est une construction de roman que j'apprécie et les retours en arrière sont ici toujours bien utilisés, pour la compréhension du récit. L'auteur nous fait vivre les répétitions de l'intérieur, l'accueil des enfants le matin, les caprices des parents qui veulent choisir le rôle interprété par leur progéniture. le caractère différent de chacun, les amitiés, les disputes. Malheureusement, ces pages consacrées au spectacle m'ont semblé parfois un peu longues.
   
   J'ai apprécié la pudeur avec laquelle l'auteur nous parle de l'impuissance des soignants parfois face à la maladie.
   "Dans le service de médecine interne où je travaille, des fois je sauve, des fois je ne peux pas. J'ai appris à cette époque que certains rivages sont inaccessibles, qu'il ne sert à rien de ramer avec mon canot et ma trousse de secours pour aborder ceux-là."
   

   Cloé Korman, sait parfaitement décrire la descente en enfers d'un homme rongé par le remords de ne pas avoir voulu voir la vérité.
   "de même que les aiguilles plus ou moins propres, il s'en foutait et les nuits sans amour et sans capote comme il en vivait à ce moment-là, et surtout sans capote. Car il a eu largement le temps pour la choper, son hépatite, mais il a bien fallu qu'il la laisse entrer d'une façon ou d'une autre et selon toute apparence, à cette période précise, il y aura mis un maximum de moyens."
   

   Ce roman social m'a beaucoup plu notamment lorsque l'auteur aborde avec sensibilité le douloureux problème de l'enfance maltraitée. Comment agir face à l'insoutenable, avertir l'aide sociale à l'enfance ? Et si on fait une erreur, si c'est quelqu'un d'autre que les parents ? On ne fait rien, on ne dit rien, le mur du silence. Et puis il y a aussi le manque de moyens matériels et humains des foyers qui accueillent des jeunes filles violentées. Cloé Korman pose les vraies questions.
   
   Les quelques longueurs signalées un peu plus haut n'ont finalement pas gâché mon réel plaisir à lire ce livre et à découvrir une auteure que je ne connaissais pas.

critique par Y. Montmartin




* * *