Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les gratitudes de Delphine De Vigan

Delphine De Vigan
  No et Moi
  Les heures souterraines
  Rien ne s’oppose à la nuit
  Les Jolis Garçons
  D'après une histoire vraie
  Les Loyautés
  Les gratitudes

Delphine de Vigan est une romancière française née en 1966.

Les gratitudes - Delphine De Vigan

Les attachements profonds
Note :

    Delphine de Vigan poursuit sa réflexion sur les sentiments humains.
    Un an après Les loyautés où elle parlait de l'alcoolisme des jeunes adolescents, elle explore ici la reconnaissance, celle de tous les jours que l'on ne montre pas forcément ou alors trop tard.
    Un texte court met en scène trois personnages qui vont trouver un réconfort dans une affection commune.
    Michka, une vieille dame arrive à un moment douloureux de sa vie où les mots se perdent pour ne plus revenir. Elle ne peut plus rester chez elle et doit aller dans une maison de retraite.
    Désormais, elle reste dans sa chambre. Marie une voisine qu'elle a connue enfant la soutient et lui rend visite.
    Jérôme, l'orthophoniste s'occupe d'elle et essaie que sa mémoire et ses mots continuent de l'habiter encore un peu.
    Mais trop vite, son monde devient petit et Michka ne possède plus l'énergie pour continuer. Les mots lui manquent et les conversations deviennent décousues. La peur survient face à l'inéluctable fin.
    Pourtant sa mémoire résiste et avant de partir, elle voudrait retrouver les personnes qui l'ont sauvée pendant la guerre, elle, la petite juive.
   
    Avec une profonde délicatesse, Delphine de Vigan lie les destins de ses personnages sans entrer dans les détails d'une vie et le lecteur ressent leur attachement profond.
    Chaque personnage reprend la narration pour se répondre, dans un roman d'une grande sensibilité et les non-dits nous touchent alors davantage.
   
    Il est question d'un sujet difficile et douloureux celui de la maladie et de la fin de vie. Les mots qui ne reviennent plus ou mal, le corps affaibli, la peur qui s'installe devant le vide qui arrive et cette vie que l'on ne peut retenir.
   
    Ce n'est pas gai, mais c'est beau. De Vigan transmet la beauté des sentiments dans des personnages attachants et la lecture en est plus lumineuse encore.

critique par Marie de La page déchirée




* * *