Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vie du livre contemporain de Olivier Bessard-Banquy

Olivier Bessard-Banquy
  La fabrique du livre
  L'édition littéraire aujourd'hui
  La vie du livre contemporain

La vie du livre contemporain - Olivier Bessard-Banquy

Etude sur l'édition littéraire 1975-2005
Note :

    Promis, ma fixette sur le rayon 070 de la médiathèque en général, et Olivier Bessard-Banquy en particulier va connaître une pause! 325 pages pour ce nouvel opus, toujours excellemment présenté (fluide, clair, élégant, intelligent, intéressant), mais -et ce n'est pas la faute de l'auteur- un poil plus technique que le précédent. La vie éditoriale française se met à devenir aussi glamour que l'économie, et ce ne sont pas toujours des amoureux des livres qui mènent les barques. De gros sous font le printemps, les auteurs continuent à changer de crèmerie, ou pas. Ah on ne peut pas avoir un assassinat d'éditeur à tous les coups (tout de même une fatwa sur les éditeurs de Salman Rushdie), et les situationnistes envoyant des lettres d'injures à Gallimard font un flop, l'éditeur en a vu d'autres. "Les lettres des situationnistes sont des bluettes comparées à celles signées Louis-Ferdinand Céline." Quelques auteurs tels Sagan mettent un peu de fantaisie, mais tout cela paraît fort sérieux.
   
    C'est l'époque d'Apostrophes, sans vraiment de descendance depuis 1990. Je ne connais pas LGL, est-ce prescripteur comme l'émission de Pivot?
   
    "Les professionnels comprennent-ils alors le bien-fondé d'une politique éditoriale intransigeante? Il ne s'agit pas seulement pour l'éditeur littéraire de capitaliser des succès à court, à moyen comme à long terme, il s'agit aussi pour lui de donner envie aux meilleurs auteurs de demain de venir publier dans sa maison. Et surtout de vouloir y rester le jour du succès venu."
   

    Qui se souvient de Sulitzer? Vraiment un phénomène intéressant.
    Où l'on voit aussi apparaître l'ancêtre des liseuses. Chère et peu performante.
   
    A lire ce livre (j'ai zappé quelques passages un peu trop techniques sur les achats et ventes) je m'aperçois que bien des 'petites maisons' doivent leur succès à leur spécialisation dans tel ou tel domaine, par exemple Picquier et la littérature asiatique, et qu'il m'arrive souvent de faire confiance à un éditeur pour ses choix que je pressens de qualité (d'autres éditeurs paraissant un peu plus interchangeables dans leurs offres)

critique par Keisha




* * *