Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L’archipel du chien de Philippe Claudel

Philippe Claudel
  Meuse l'oubli
  Trois petites histoires de jouets
  La petite fille de Monsieur Linh
  J'abandonne
  Le bruit des trousseaux
  Les âmes grises
  Quelques-uns des cent regrets
  Le café de l’Excelsior
  Le rapport de Brodeck
  Le monde sans les enfants
  Les petites mécaniques
  L'enquête
  L'arbre du pays Toraja
  C comme Le rapport de Brodeck T 1&2
  L’archipel du chien

Philippe Claudel est un écrivain et réalisateur français, né le en 1962.

L’archipel du chien - Philippe Claudel

Flop !
Note :

   Ok. C’était quoi ça?
   
   C’était quoi la nécessité de cette histoire / parabole / fable? J’aime Claudel de façon générale mais là, sérieusement, c’était un mélange des éléments chers à Claudel un peu saupoudrés sur une fable moralisatrice et enfonceuse de portes ouvertes.
   
   Nous sommes donc dans une île perdue au milieu de la Méditerranée. Un jour, au tout début, sur la plage, trois cadavres. On sent rapidement qu’avec eux vont ressortir toute la cruauté, l’égoïsme, les mensonges, les non-dits, l’indifférence et la peur qui sont dormants dans l’île. Le Maire, le Docteur, la Veuve en sont témoins et choisissent de ne rien dire. Pour les mauvaises raisons. Ne cherchez pas, ils n’ont pas d’autre nom et seront jusqu’au bout fidèles au stéréotype qu’ils représentent. Bien entendu, ces secrets vont bouleverser tout le monde et révéler à nos yeux tous ces salauds ordinaires qui préfèrent sacrifier des innocents que leur confort.
   
   Tous les thèmes que j’aime normalement chez Claudel y sont et pourtant, je suis passée à côté. On y parle de peur de l’étranger, des secrets des petites communautés, de la difficulté de vouloir faire la bonne chose. J’ai eu une vilaine impression de recette, et que les mêmes thèmes étaient ressassés encore et encore, pour surfer sur un sujet d’actualité. J’ai soupiré, j’ai été choquée par tant de malveillance, par la valeur "relative" des gens, il n’y a que très peu de zones de gris dans ces personnages qui sont tout d’une pièce et qui manquent de nuances.
   
   Et si je comprends l’intention derrière la fable, c’est à la fois trop long et trop peu développé et surtout, vu et revu. Je comprends que l’auteur a probablement souhaité rendre accessible et tangible l’ignorance volontaire qu’a l’humanité face à certains événements et réalités, au fait qu’on sait, mais qu’on préfère ne pas agir. Je comprends. Mais dans ce roman, ça semble fort vain et il y a un élément "act of god" qui me déplaît.
   
   Bref, un total flop pour moi. Ennui et agacement. Même si l’écriture me plaît encore et toujours.

critique par Karine




* * *