Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nouvelles de Clarice Lispector

Clarice Lispector
  Agua Viva
  Où étais-tu pendant la nuit?
  Un souffle de vie
  Liens de famille
  La belle et la bête, suivi de Passion des corps
  Nouvelles

Clarice Lispector est une écrivaine brésilienne née en 1920 en Ukraine, dans une famille juive qui émigra aussitôt au Brésil. Elle est morte d'un cancer en 1977 à Rio de Janeiro.

Benjamin Moser lui a consacré une biographie.

Nouvelles - Clarice Lispector

Édition complète étable par Benjamin Moser
Note :

    Nouvelles intemporelles
    La quatrième de couverture nous apprend que ce recueil comporte l’intégrale des nouvelles de l’auteur, soit quatre-vingt-cinq. Sont groupés après "Premières nouvelles" les textes suivants : Lien de famille. La légion étrangère. Fonds de tiroir. Bonheur clandestin. Où étiez-vous pendant la nuit ? Passion décor. Visions de splendeur et Dernières nouvelles. Figurent aussi des textes de La Découverte du monde, recueil de chroniques journalistiques (1995) et aussi dix nouvelles inédites.
   "La légion étrangère", est paru pour la première fois sous le titre "Corps séparé" et est suivi de "Fond de tiroir".
   
    Commençons par le commencement, une introduction de Benjamin Moser dont j’extrais cette phrase :
   Mais son glamour est dangereux : "prenez garde avec Clarice, déclarait l'un de ses amis à une lectrice, il y a une dizaine d'années. Ce n'est pas de la littérature, c'est de la sorcellerie."
   

   Titres des "Premières nouvelles" :
   Le triomphe ; Obsession ; Le délire ; Jimmy et moi ; Histoire interrompue ; La fugue ; Fragments ; Lettres à Hermengardo ; Gertrude cherche conseil et Encore deux ivrognes.
   "Le triomphe", une femme seule, elle s’est querellée avec son époux, intellectuel, les querelles sont fréquentes… maintenant dans sa profonde solitude elle sait qu’il reviendra…
   "Jimmy et moi". Une femme se souvient de ce Jimmy, être étrange, imbu de lui-même, qui en ce jour l’intrigue encore…
   "Lettres à Hermengardo", elles sont au nombre de cinq et rédigées par Idalina. L’intitulé de ses missives change à chaque fois : Chéri, Hermangardo chéri, José, et Mon cher Hermengardo pour les quatrième et cinquième courriers. Il est beaucoup question de Dieu entre cette femme et cet homme.
   
    Les personnages sont ici majoritairement féminins, et plutôt jeunes. Femmes mariées parfois infidèles, dans "Obsession", une jeune fille pressée de se marier avec un dénommé W.
    Une autre jeune fille nommée Gertrude dont le diminutif est Tuda demande conseil à une doctoresse, deux buveurs ayant une conversation plus que décousue.
   
   Extraits de "Premières Nouvelles" :
   - Pour la première fois, m’était donné de "voir" de mes propres yeux. Pour la première fois, je me retrouvais livrée à moi-même.
   
   - La réalisation tue le désir, la réalisation tue le désir, me répétai-je, un peu éberluée.
   
   - Jimmy estimait qu'il n'existe rien de meilleur que la nature. Que si deux êtres se plaisent ils n'ont rien à faire qu’à s’aimer, simplement.
   
   - Le soleil s'était déjà couché et dans le ciel incolore pointait déjà les premières étoiles.
   
   - Cela signifie que le mal m'a envahi et submergé tous mes chemins clairs. Ni toi ni ton nom ne me sauveront maintenant.
   
   - Écoute, nous allons faire un pacte, veux-tu ? Tu vas poursuivre tes études sans trop te préoccuper de toi-même. Et quand tu auras... disons... vingt ans, oui, vingt ans, tu reviendras me voir...
   
   - Ce clair de lune, songes-y, ce clair de lune plus blanc qu'une face de mort, lointain et silencieux, ce clair de lune fut le témoin des cris des premiers monstres sur la terre, il veilla sur les eaux apaisées des déluges et des inondations et s'éteignit en aube séculaire, il illumina des siècles de nuit...
   

critique par Eireann Yvon




* * *