Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La longue terre - La longue guerre - La longue Mars de Terry Pratchett

Terry Pratchett
  La Huitième Couleur - Annales du Disque-Monde
  Le Huitième Sortilège - Annales du Disque Monde T 2
  La huitième fille - Annales du Disque Monde T 3
  Au guet! - Annales du Disque Monde T 9
  Ados: Les Ch'tits hommes libres (Annales du Disque-Monde)
  Dès 12 ans: Un chapeau de ciel (Annales du Disque-Monde)
  Mortimer - Annales du Disque Monde T 4
  La longue terre - La longue guerre - La longue Mars

Sir Terence David John "Terry" Pratchett, OBE, est un auteur anglais de fantasy humoristique né en 1948 et surtout connu pour les 40 volumes des Annales du Disque-Monde. Il est décédé en 2015.

La longue terre - La longue guerre - La longue Mars - Terry Pratchett, Stephen Baxter

Pourquoi aller si loin pour tourner si court ?
Note :

   La longue terre
   Munissez-vous d'une pomme de terre et de différents composants électroniques, d'un commutateur et de parois, et vous obtenez un Passeur. Qui vous permettra de passer à l'est ou à l'ouest dans une infinité de terres parallèles.
   Sinon, peut-être êtes-vous un passeur né, comme Josué et d'autres, qui d'ailleurs évitent de trop le dévoiler.
    Josué Valienté et Lobsang parcourent ces mondes dans un dirigeable, de plus en plus loin, de découvertes en découvertes.
   
   Lobsang :
    " - Qui est Lobsang?
   - Moi, répondit le distributeur de boissons."

   Mais Lobsang était autrefois un réparateur de motocyclettes tibétain. Alors, humain ou Intelligence artificielle seulement?
   
    Josué:

   "De ce fait, il est différent. Et sa différence fait de lui un Problème. C'est un désagrément qu'il est impossible d'oublier, même dans le bureau de soeur Agnès. Parce qu'au-dessus des images de Sacré Coeur et de Meat Loaf trône la statuette d'un homme crucifié pour avoir été un Problème."
   

   L'on suit le long voyage de Josué et Lobsang (et de Shimi, le chat robot chargé de se débarrasser des souris sans leur nuire -ça j'ai adoré), en alternance avec celui d'un groupe de pionniers qui fondera la ville de Regain, en 2026, sur la Terre Ouest 101 754. Une version moderne de la conquête de l'ouest, quoi. Ils trouveront Sally, un coin un poil trop parfait nommé Belle-Escale, mais je ne vais pas tout dévoiler. Les 400 pages se lisent très agréablement, l'idée de départ est excellente et bien utilisée. On a même l'explication de l'existence de trolls et d'elfes surtout dans les siècles passés, le nôtre étant bien trop peuplé pour leur goût.
   
   Sauf que :

   Mais purée existe-t-il une lecture SF qui ne soit pas en série? En empruntant cette longue terre j'étais contente de 1) découvrir Pratchett 2 ) ajouter un titre pour le mois anglais et 3 ) échapper à la malédiction du truc en n volumes. Eh bien, au moment d'écrire mon billet, je m'aperçois que 4 (ou plus) volumes existent. D'un autre côté, cela explique la fin brutale et moyennement satisfaisante (certains diraient bâclée). Même si on ne reste pas sur un cliffhanger et qu'on peut aller dormir tranquille.
   
   D'un autre côté on comprend mieux l'impression ressentie d'effleurer juste certains événements. Quid du père de Josué? De celui de Sally? De Belle Escale? Du village en ruines? De la possibilité de voyager dans l'espace? De l'étrange créature loin à l'ouest? Du danger ressenti par les Trolls? Du futur de Madison après la catastrophe? Des autres créatures rencontrées? Des mouvements anti Passeurs?
   Les réponses devraient être apportées dans les tomes suivants...
   
   
   La longue guerre
   "Les trolls adoraient les fauteuils, surtout s'ils pivotaient."
   

   Autant lire ce deuxième tome, donc. La longue guerre... Mais quelle guerre? On a bien un dirigeable se rendant sur les mondes où l'on n'aime pas trop les trolls, dirigeable dont le capitaine arrive à pacifier l'atmosphère, mais c'est bien tout.
   
   Pourquoi les trolls fuient-ils et où? Pareil, on arrive à le savoir, mais là aussi ça tourne en eau de boudin, de plus la communication humains/trolls devenue possible n'est pas explorée.
   
   Madison est détruite? On en construit une autre. Pas de nouvelles du frère d'Helen, non plus du dirigeant de Primeterre. Lobsang apparaît tardivement et peu, semblable à lui même.
   
   En revanche, de même que dans le 1 on avait droit à un long défilé de terres parallèles vers l'ouest, là, pareil, mais vers l'est. Et après on fait demi-tour.
   
   Donc, à part une jolie imagination pour penser différents mondes, rien de bien intéressant.
   Un peu d'action avec les beagles et les kobolds, vers la fin, et une bonne idée de faire exploser la caldeira de Yellowstone (événement qui d'ailleurs nous pend réellement au nez) mais sinon, tome très décevant.
   Je sens que le 3 sera semblable...
   
   
   La longue Mars
   On retrouve Josué (sa femme et son fils sont sans doute revenus chez eux) et Paul, un jeune un peu différent qu'il connait depuis longtemps. Ce groupe dont Paul fait partie est-il une menace pour le monde?
   Maggie repart vers l'ouest, à la recherche d'un dirigeable perdu, et un record de traversées (à 250 000 000 on s'arrête). De temps en temps, une Terre à découvrir.
   Histoire de varier, Sally et son père se rendent sur Mars, et là, pareil, on va de Mars en Mars.
   
   Un poil longuet et répétitif, un suspense assez moyen, en règle générale quand il y a une petite tension narrative, ça fait vite flop, on passe à autre chose. Des références SF sans doute que je n'ai pas toujours, en revanche des explications plus 'culture générale' dont je me passerais. Etais-je le public cible de ces bouquins?
   
   Pour être positif : excellente description de l'explosion du Yellowstone et des conséquences planétaires, une discussion intéressante à la fin sur une décision vitale à prendre, et quelques trucs plus rigolos de ci de là
   "C'en était trop pour Franck.
   'Je n'y crois pas. Des dragons terrestres? Des crustacés baleiniers à bord de pirogues des sables? Et des menhirs, maintenant?' "

critique par Keisha




* * *