Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui

Meryem Alaoui
  La vérité sort de la bouche du cheval

La vérité sort de la bouche du cheval - Meryem Alaoui

La verve
Note :

   
   Il est grand, mince et fort. Elle est folle de lui, toutes les filles du quartier en sont folles. le jour de leur mariage, on a égorgé un mouton. Les joints, l'alcool et les coups qui pleuvent et la déchéance pour gagner l'argent dont son mari a besoin. Elle s'appelle Jmaiaa, elle a trente-quatre ans, une fille, et pour vivre, elle se sert de ce qu'elle a. La narratrice Jmaiaa nous raconte la vie quotidienne des prostituées, on se pose, on se raconte des histoires, on se tortille les fesses pour attirer les hommes, savoir repérer les flics, on regarde allongées des feuilletons mexicains, on boit du vin, on s'adonne aux joints, on se tape des cachets, pour faire ce travail il faut avoir des couilles. Une journaliste venue de Hollande veut rencontrer une fille du marché pour un reportage, il y a peut-être un peu d'argent à se faire. Cette rencontre va changer la vie de Jmaiaa.
   
   Les cent cinquante premières pages sont agréables à lire grâce à l'écriture si vivante de l'auteur, un langage fleuri, imagé et parfois cru, mais qui ressemble tellement aux personnages, c'est un style qui me plait bien, le lecteur se sent immergé dans ce quartier populaire haut en couleur de Casablanca. Jmaiaa est un personnage qui m'a été tout de suite sympathique, elle a du caractère, elle est débrouillarde et elle dit tout ce qu'elle pense.
   
   "Et c'est vrai que je marche toujours vite, sauf quand je cherche un homme parce qu'il faut être attirante quand même. Quand j'y pense, je ralentis et je fais comme ça. Je me déhanche lentement, je regarde à droite et à gauche; je m'appuie sur ma jambe gauche, puis sur ma droite, comme un dromadaire. de derrière, ça fait un mouvement lent, mais nerveux. : quand mes fesses montent c'est en saccades. Et quand elles descendent, c'est pareil. C'est appétissant, comme la Danette au caramel que j'achète à ma fille."
   

   Mais ensuite lorsque Jmaiaa devient actrice le récit s'enlise, seuls à la fin du livre la découverte de l'Amérique par Jmaiaa, les immeubles qui montent au ciel, les magasins où tout est à profusion, le gaspillage, les clochards, permettent de retrouver la verve qui m'a tant plu dans la première partie du livre.

critique par Y. Montmartin




* * *